Aperçu sur le moment optimal d’achat de vos engrais

En tant qu’agriculteur ou éleveur, comment faites-vous face à la hausse des prix du carburant, des produits phytosanitaires et des engrais ? Est-il encore possible de faire des apports d’engrais ? Quelle direction prennent les prix ? Ces questions préoccupent de nombreux exploitants. Il n’existe bien évidemment pas de réponse toute faite, mais nous pouvons donner un aperçu de l’évolution du marché dans le domaine des engrais.

Dans cet article, nous donnons un aperçu de trois questions brûlantes :

  • Peut-il être appliqué à partir d’engrais azoté ?
  • Est-il sage d’attendre une baisse du prix des engrais ?
  • Et quelle est la meilleure politique d’achat d’engrais ?

L’économie d’engrais coûte 74 € par ha

Même à des prix plus élevés, les engrais restent un bon investissement qui s’amortit. Supposons que vous appliquiez 25 % d’engrais azoté en moins sur une prairie. Normalement, 11 tonnes de matière sèche seraient récoltées sur une base annuelle. En appliquant 25 % d’engrais azoté en moins, cela devient 9,9 tonnes. Cela donne un rendement total en protéines inférieur, qui doit être compensé par exemple par du soja.

Cet exemple de calcul est basé sur une teneur en protéines constante. En appliquant moins d’azote, cette teneur sera probablement plus faible. Le coût de la compensation de la carence en protéines ne fera qu’augmenter.

Avec les prix actuels des engrais et du soja, 25 % d’engrais azotés en moins coûteraient 74 € par hectare. L’exemple est détaillé dans le tableau ci-dessous. Là où vous pensez pouvoir économiser, vous engendrez des coûts supplémentaires plus importants.

Apport d’azote 250 kg N/haApport d’azote 188 kg N/ha (-25% N)
Rendement en matière sèche (t/ha)                11                          9,9
Rendement en protéines (kg/ha) (teneur en protéines 18%)19801782
Investissement en N (€/ha) *593445
Économies en appliquant 25 % de N en moins (€/ha)     148
Investissement dans le soja pour compenser la perte de protéines de 198 kg/ha** 222
Perte totale (€/ha) due à moins de N                        74
*CASH = 640 €/tonne **437kg soja x 0,51 €/kg

Engrais également rentable pour les grandes cultures

Les agriculteurs de grandes cultures n’ont pas non plus intérêt à réduire leurs doses. Les prix de vente augmentent avec celui de vos intrants. Il est donc judicieux de calculer, comme dans l’exemple de l’herbe ci-dessus, ce que vous coûterait l’économie d’engrais en termes de rendement et de qualité au prix de vente du moment. Vous conclurez très probablement d’un apport optimal d’engrais azotés reste très rentable pour votre exploitation. Ci-dessous un exemple de calcul avec du blé d’hiver pour un rendement de 8 tonnes par hectare.

Conditions normalesConditions juin 2022
Coût 170kg d’azote (€)*157403  
Chiffre d’affaires pour 8 tonnes de blé d’hiver (€) **16002480  
Chiffre d’affaires net (engrais azotés déduits) par ha (€)14432077  
* CASH 250 €/t vs 640 €/t ** Blé d’hiver 200 €/t vs 310 €/t (Mativ)

Il est clair que le chiffre d’affaires net augmente en raison de la hausse des prix du blé. L’utilisation d’engrais reste donc rentable.

Évolution des prix du gaz et des engrais

Le prix du gaz a une influence directe et majeure sur les coûts de production des engrais. L’évolution du prix du gaz a été erratique et à un niveau élevé au cours du mois dernier. Au cours de la semaine du 10 au 16 juin, le prix de l’essence a augmenté de 45 %.

Évolution du prix du gaz

L’évolution du prix du gaz est actuellement largement influencée événements en Europe de l’Est. Gazprom a annoncé que 60 % de gaz en moins seront pompés via le gazoduc Nord Stream I. L’explication officielle parlerait de problèmes techniques avec la station de pompage à compression de Portovaya.

Une autre cause de la hausse des prix est une explosion dans une installation de GNL au Texas. Freeport LNG, le gérant de l’installation, a annoncé qu’il ne serait plus en mesure de livrer pendant trois semaines. Cet événement arrive à un moment crucial le GNL est important pour l’Europe en raison d’un approvisionnement limité en gaz naturel.

Plusieurs facteurs influent donc sur les variations de prix. En parallèle, le prix du blé, par exemple, augmente, la demande en engrais azotés ne flanche donc pas pour autant.

Nous ne pouvons pas prédire l’avenir, mais avec ces faits consécutifs, on s’attend à ce que le prix des engrais azotés continue de fluctuer en raison de l’incertitude du marché. Cette attente exprimée par de nombreux agriculteurs d’une baisse drastique du prix des intrants semble infondée en raison de la demande mondiale persistante d’engrais azotés face à une offre incertaine.

Politique d’achat : la diversification des risques est le choix le plus judicieux

Nous savons maintenant que l’application d’engrais azotés peut être réalisée dans les mêmes conditions malgré le coût élevé des engrais. En outre, il est également clair que l’on s’attend à ce que les prix ne chutent pas de manière drastique, mais continuent au contraire à fluctuer considérablement. Alors comment adapter votre politique d’achat d’engrais azotés ?

De nombreuses discussions ont montré que de nombreux agriculteurs attendent le bon moment (lire : prix bas) pour acheter leurs engrais. Cependant, ce moment tant attendu n’arrive souvent pas à temps, l’exploitant e retrouve alors à acheter l’engrais au plus haut, juste avant l’épandage. C’est à ce moment-là que la demande est la plus élevée. Naturellement, en tant qu’éleveur laitier ou agriculteur, vous souhaitez acheter de l’engrais au prix le plus avantageux. Au cours de la dernière saison, quelques-uns ont réussi, mais la plupart ont échoué.

La meilleure façon de répondre à ce marché incertain est de répartir les risques. En tant qu’entrepreneur, vous savez où vous en êtes. Avec cela, vous sécurisez votre stock d’engrais, l’un des facteurs de production les plus importants, et vous vous évitez d’être obligé d’acheter à un moment inopportun.

La façon dont les producteurs de pommes de terre et d’oignons vendent leur produit est similaire. Beaucoup de ces entrepreneurs cultivent en partie sous contrat et vendent le reste sur le marché libre. Ils peuvent faire un gros coup, tout en s’assurant un revenu de base suffisant. Cette méthode assure la sécurité financière pour pouvoir investir lors de la prochaine saison de croissance.

Cette stratégie est applicable lors de l’achat de vos engrais. Notre conseil est d’en acheter un tiers en été, un tiers en hiver et un tiers juste avant la saison.

En résumé

Dans la situation actuelle, investir dans les engrais azotés représente un placement intéressant en assurant un rendement et donc une marge à l’hectare tout à fait intéressante. Les prix devraient continuer de fluctuer à des niveaux élevés. Il est donc important de répartir le risque d’achat en fractionnant les commandes. Une stratégie c’est 1/3 en été, 1/3 en fin d’année et 1/3 juste avant la saison.


Info – YaraBella

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.