“Comme le robot travaille vite, nous pouvons traire plus de vaches maintenant.”

Stijn Peeters a officiellement rejoint l’exploitation laitière de ses parents il y a neuf ans. Celle-ci est située à Nijlen (province d’Anvers) et il se charge avec son père de la gestion quotidienne. Depuis la construction du nouveau bâtiment en 2015, la traite des 245 vaches y est automatisée. Quatre robots de traite Lely Astronaut A5 assurent cette tâche depuis l’année dernière. Stijn : « Avec ces robots, nous obtenons plus de lait avec le même nombre de vaches. Comme le robot de traite travaille vite, la capacité s’est considérablement accrue. Cela se traduit par un plus grand nombre de litres de lait par robot. »

Le métier agricole a attiré Stijn (28) depuis son plus jeune âge. Aujourd’hui, il dirige l’exploitation avec ses parents Luc et Heidi, ainsi que son amie Xanthe. Avec son père Luc, il gère les activités au quotidien. Sa mère Heidi assure les tâches administratives alors que son amie Xanthe s’occupe des veaux, en plus de son travail en tant que vétérinaire.

Ces dernières années, la famille Peeters n’a pas cessé d’évoluer. L’exploitation a traversé une importante transformation. En 2015, l’activité laitière a déménagé sur un nouveau site à un kilomètre de distance de l’ancienne exploitation. « Nous avions la possibilité de construire un nouveau bâtiment et de nous développer », rapporte Stijn. Avec la construction du nouveau bâtiment, il a été décidé de remplacer l’installation de traite traditionnelle par quatre robots de traite.

Plus de vaches traites sans main-d’œuvre extérieure

Pour le jeune éleveur, véritable vacher dans l’âme, le bien-être des animaux est très important. Le nouveau bâtiment 0+6+0 dispose de 260 logettes et est doté de toutes les commodités. Les vaches apprécient les litières à sable et choisissent elles-mêmes quand a lieu la traite. Depuis l’année dernière, quatre robots de traite Lely Astronaut A5 assurent le bon déroulement de la traite. « Lorsque nous avons construit le nouveau bâtiment, nous avons décidé d’automatiser la traite », raconte Stijn. Pour nos éleveurs, l’économie de main-d’œuvre a été un important argument en faveur de ce choix. « Avec le nouveau bâtiment, nous pouvions agrandir le troupeau et l’automatisation nous permettait de traire plus de vaches sans faire appel à de la main-d’œuvre extérieure. C’est difficile de trouver de bons trayeurs, nous n’avons donc pas retenu cette option », explique-t-il.

« Nous avons commencé la traite robotisée dans le nouveau bâtiment. C’est en septembre de l’année dernière que nous avons décidé de passer au robot de traite Astronaut A5. Nous sommes très satisfaits », reconnaît-il. Pour lui, les principaux avantages en sont que « les vaches peuvent facilement entrer et ressortir, et les robots ont une plus grande capacité ».

« Nous tirons maintenant plus de lait avec le même nombre de vaches. »

Les robots de traite sont placés à l’avant du bâtiment les uns à côté des autres. À l’intérieur du bâtiment, les vaches sont réparties en deux groupes avec chacun deux robots. « Comme les lignes sont courtes, cela fonctionne très bien », rapporte le jeune éleveur. Les vaches se sont vite habituées aux nouveaux robots de traite Astronaut A5. « Elles étaient seulement un peu impressionnées par l’acier brillant, mais ça leur est passé dès le lendemain. Tout s’est fait en souplesse », conclue Stijn. « Ces robots ont une grande capacité. Les gobelets trayeurs se posent rapidement et nous constatons que les mamelles sont entièrement vidées », explique-t-il satisfait, et il ajoute : « Nous tirons maintenant plus de lait avec le même nombre de vaches. En outre, nous avons désormais la possibilité de traire plus de vaches, tout simplement parce que nous avons plus de capacité. Cela se traduit par un plus grand nombre de litres de lait par robot. » Sur l’exploitation, le nombre moyen de traites par vache et par jour est passé de 2,5 à 3. « Ce qu’on remarque, c’est que ces robots génèrent plus de temps libre. Nous pouvons désormais traire 135 vaches avec deux robots de traite. » « Lorsqu’on voit combien de lait nous tirons des robots, on peut dire que l’investissement a porté ses fruits », dit-il avec conviction.

Pouvoir compter sur les robots de traite

En passant à l’Astronaut A5, la famille Peeters avait pour objectif de traire avec moins d’erreurs et plus de lait. « Nous l’avons réalisé », confie Stijn visiblement satisfait. « Ça se passe très bien. À l’heure actuelle, nous trayons en moyenne 38,7 litres par vache par jour et nous avons beaucoup moins de vaches qui doivent être collectées. Le troupeau en est beaucoup plus calme », et il ajoute : « Nous pouvons compter sur les robots de traite. Je conseille toujours aux collègues-éleveurs qui veulent automatiser d’acheter un Lely. Ils ont le plus de connaissances et d’expérience dans la traite robotisée. »

Nos éleveurs sont fiers de leur exploitation et de leurs vaches. « Avec la réalisation du nouveau bâtiment, nous pouvons désormais offrir à nos vaches le confort adapté. » Quels projets pour l’avenir ? « Si mon père décide de se retirer de l’exploitation, il se pourrait à l’avenir qu’on automatise davantage. Mais ce n’est pas à l’ordre du jour car mon père est encore jeune et n’a pas l’intention d’arrêter », nous dit Stijn pour finir.

Données de l’exploitation

La famille Peeters dirige une exploitation laitière à Nijlen, en Belgique. On y trait 245 vaches et y élève 270 génisses sur 120 hectares de terre. La moyenne annuelle actuelle est de 11 550 litres de lait par vache avec 4,05 % de graisses et 3,48 % de protéines. L’âge moyen des vaches se situe à quatre ans et onze mois. Le nombre de cellules est de 120.


Info – Lely.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.