Les vaches laitières à la démarche douloureuse

S’assurer que les vaches se déplacent sans ressentir de douleurs, voilà un sacré défi. C’est une tâche de tous les jours, tant pour les vaches en lactation que pour les vaches taries.

Dans certaines exploitations laitières, les vaches séjournent en permanence à l’étable. Dans la plupart des autres fermes, l’éleveur pratique le pâturage plusieurs heures par jour et ce pendant
des mois. On voit donc que, dans des configurations différentes, les vaches se déplacent sur un sol dont la nature varie sensiblement.

La vache doit donc s’adapter régulièrement à la surface sur laquelle elle marche. Lorsque les vaches séjournent pendant la journée en prairie et qu’elles regagnent l’étable en fin de journée, elles doivent s’adapter à un sol en béton lisse et parfois dangereux. En cas de bousculades, le risque de glissade et de chute est réel. Par ailleurs, la sole de certaines vaches peut s’avérer trop mince. Si cela n’est pas problématique dans le cas d’un sol mou en prairie, cela peut être douloureux sur un sol en béton.

Des onglons sains et robustes

La meilleure protection pour des onglons sains et robustes est de prévenir les infections (maladie de Mortellaro ou dermatite interdigitée) et de veiller à une épaisseur suffisante de la sole, avec une solide épaisseur de graisse entre la sole et la griffe. En effet, les infections de l’onglon favorisent une croissance rapide de la corne, et une corne trop molle. Sur une surface dure et rugueuse, une épaisseur de sole d’un centimètre au minimum s’impose. Une corne de mauvaise qualité et trop molle peut apparaître chez les vaches en lactation et déboucher sur une acidose et, en cas de formation de toxine suite à une infection, sur une métrite.

Lire la suite dans le no. de mai-juin de ‘Lait & Elevage’

Lait & Elevage – Abonnement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *