Alimentation animale: 50 % sont des sous-produits de l’industrie alimentaire

Le rapport annuel statistique publié par la BFA (Belgian Feed Association) montre que la moitié des matières premières valorisées dans l’industrie des aliments composés pour animaux  provient des sous-produits de l’industrie alimentaire. Pour rappel, la BFA est l’ancienne APFACA (Association professionnelle des fabricants d’aliments composés pour animaux).

L’année dernière, les 160 membres de la BFA ont produit au total plus de 6.591.000 tonnes, dont 3,54 millions de tonnes d’aliments pour porcs, 1,32 million de tonnes d’aliments pour volailles, 1,42 million de tonnes d’aliments pour bovins et 0,43 million de tonnes d’aliments divers. On observe donc qu’avec 55 % du total, les aliments pour porcs restent le secteur prépondérant pour les membres de la BFA.

A la BFA, on fait remarquer que sur les 7.613.000 tonnes de matières premières utilisées par l’ensemble des affiliés de la BFA en 2015, 50 % (soit 3.824.000 tonnes) étaient des sous-produits provenant de l’industrie alimentaire et, dans une moindre mesure, de la filière des biocarburants. «Cela souligne la contribution substantielle de l’industrie des aliments pour animaux à l’économie circulaire», se réjouit la BFA.

Lorsqu’on se penche sur les échanges internationaux des aliments composés pour animaux, on remarque que la France et les Pays-Bas sont les principaux débouchés pour les exportations belges. Avec 37 % de l’exportation totale, la France reste le premier marché étranger pour les membres de la BFA. Les Pays-Bas viennent en deuxième position (26 %). Quant aux importations en Belgique, elles proviennent très majoritairement des Pays-Bas (63 %) et de France (23 %). Notons enfin que la balance commerciale pour les aliments composés pour animaux est pratiquement à l’équilibre.

Source: BFA,  le 8 décembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *