Ceusters et Rozendaal, exploitants laitiers : « Grâce à Selko-TMR, la ration se conserve mieux et plus longtemps. Et cela se voit dans la prise de nourriture qui est plus importante ! »

L’échauffement du fourrage est un problème connu dans le secteur laitier. Il fait plus chaud, et des micro-organismes comme des bactéries, des levures et des champignons, se développent. La valeur nutritionnelle du fourrage diminue, ce qui impacte négativement sa saveur. Une mauvaise nouvelle donc, pour les vaches, mais aussi pour le rendement de l’entreprise. Les exploitants laitiers Bart Ceusters et Pieter Rozendaal en font également le constat. Ils ont décidé d’incorporer l’additif Selko-TMR : un mélange d’acides à large rayon d’action qui permet de conserver la ration en ralentissant, voire en évitant, son échauffement.

Économiser du temps et du travail
L’entreprise de Bart Ceusters se trouve à Geel, en Belgique. Avec 275 vaches laitières, il atteint chaque année une production laitière de 10 600 kg par vache. Ceusters : « Comme nous nourrissons nos vaches une fois par jour, j’ai remarqué que le soir le fourrage ne semblait plus aussi frais ni appétissant. Je pourrais résoudre le problème en leur apportant plus souvent du fourrage, mais c’est assez lourd à gérer au niveau travail. Sur l’avis de mon conseiller, j’ai commencé à utiliser Selko-TMR. Grâce à ce conservateur, je n’ai pas besoin d’adapter ma gestion du fourrage et de passer à deux fois par jour, cela me permet de gagner beaucoup de temps et de travail. »

Une diminution visible des restes de fourrage

Pieter Rozendaal, directeur de la branche bovine dans l’exploitation laitière Den Eelder à Wells, aux Pays-Bas, est lui aussi enthousiaste à propos de Selko-TMR. L’exploitation compte 650 vaches, avec une production annuelle moyenne de 10 500 kg de lait par vache. « Nous ajoutons un litre par tonne dans le fourrage, et en été nous passons à 2 litres par tonne. Cela fait plus de 5 ans que nous utilisons Selko-TMR aussi bien pour les vaches laitières que pour les vaches taries. Ce qui m’a le plus frappé quand nous avons commencé, c’est la baisse visible des restes de fourrage. Ils étaient quasi nuls, alors que nous visions 2 à 2,5 % de restes. Nous avons utilisé cet additif pour maintenir le niveau de qualité des rations. Et cela se voit dans la prise de nourriture qui est plus importante. »

Près de 200 litres en plus par jour

Ceusters a également remarqué une différence dans la saveur des rations. « L’un des principaux piliers pour avoir des vaches en bonne santé et une bonne production de lait, c’est quand même la prise alimentaire. Pour une prise optimale, le robot nourrisseur veille à ce qu’il y ait toujours suffisamment de fourrage, et avec Selko-TMR le fourrage reste appétissant. Si une vache laitière mange un 0,5 kg de matière sèche en plus, cela signifie 0,7 kg de lait en plus par vache et par jour, et pour l’ensemble du troupeau, près de 200 litres par jour ! Ce qui permet de rembourser facilement l’investissement dans le produit », reconnaît Ceusters.

De meilleurs résultats techniques
Depuis l’utilisation d’un additif, les résultats techniques eux aussi se sont améliorés. « Je pense que les meilleurs résultats techniques sont dus à la prise alimentaire plus importante et à la meilleure santé des vaches. Contrairement à l’été précédent, mes litres et mes teneurs restent à niveau. En l’occurrence la teneur en graisse, qu’avant je voyais souvent baisser en raison du stress dû à la chaleur », explique Ceusters.

Double dose en cas de stress de chaleur

« Les vaches souffrent plus vite de la chaleur que nous. Je commence donc le Selko-TMR dès le début la période chaude, et je continue à l’ajouter pendant toute la saison estivale. Ainsi, les vaches s’y habituent. Les vaches taries sont nourries toutes les 48 heures, nous dosons donc habituellement 2 litres de Selko-TMR par tonne de fourrage. Chez les vaches laitières, nous respectons le dosage standard, mais en cas de stress dû à la chaleur, nous doublons la dose. »

Le fourrage reste bien frais, en température et en goût

« Il arrive que dans la fosse, un échauffement se produise dans les rations de fourrage, mais même dans ce cas-là, le fourrage reste frais, en température et en goût, jusqu’au nourrissage suivant. Nous utilisons Selko-TMR toute l’année (1 litre/tonne) ; et en été nous doublons la dose (2 litres/tonne) dès les premières chaleurs. »

Plus qu’un additif

Rozendaal utilise Selko-TMR toute l’année. Rozendaal : « Pourquoi est-ce que j’arrêterais en hiver ? J’ai peur qu’alors l’ingestion alimentaire et la production ne chutent. Il semblerait d’ailleurs que Selko-TMR soit bien plus qu’un simple additif pour éviter l’échauffement. J’ai l’impression que ce produit influence positivement la production laitière et le nombre de visites du robot nourrisseur. Enfin, il est un fait qu’il s’agit d’un produit relativement sûr pour nous, ce qui est une raison importante de choisir Selko-TMR, étant donné que nous travaillons avec beaucoup de personnel et de nourrisseurs différents », conclut Rozendaal.

 Vous utilisez aussi Selko-TMR pour protéger votre fourrage et éviter l’échauffement ? Consultez ce site web pour plus de conseils.

Trois conséquences directes majeures de l’échauffement

Un additif destiné à prévenir l’échauffement n’est pas un luxe inutile, comme le prouvent les trois conséquences majeures suivantes pouvant résulter de l’échauffement :

 

  1. Altération du goût. Le fourrage est moins goûteux et moins frais. Et en conséquence, l’ingestion d’aliments diminue.
  2. Perte de nutriments. La valeur nutritive du fourrage destiné au bétail diminue, ce qui peut faire baisser la production de lait et les taux de certaines substances dans le lait.

3. Baisse de la résistance. Le développement explosif de bactéries toxiques donne lieu à la formation de toxines qui perturbent la flore intestinale et la flore de la panse des vaches. Si la résistance diminue, la santé générale de la vache diminue aussi, ce qui peut se traduire par un taux élevé de cellules somatiques.

Source – Trouw Nutrition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :