Comment optimaliser le comportement de repos?

koeien stal koe ligboxen ligbox

Une production laitière dynamique est le révélateur d’une vache qui n’est pas stressée. Or les animaux peuvent être stressés par beaucoup de facteurs, dont le confort, c’est-à-dire le fait de disposer en suffisance d’aliments et d’eau, de pouvoir se déplacer suffisamment, de profiter de temps de sommeil, de se protéger contre des phénomènes climatiques extrêmes et de pouvoir se reposer. Comment évaluer et améliorer les besoins de repos des vaches?

L’importance du repos

Pour la santé de la vache, le repos est essentiel. Dès qu’un animal est privé de repos, il manifestera rapidement un comportement de frustration. Il se mettra à secouer la tête, à trépigner, à se lever sans ruminer, etc. Ces comportements s’accompagnent de modifications physiologiques : une teneur sanguine plus faible d’hormones de croissance, des valeurs plus élevées de cortisol (hormone du stress) et une hausse de ce qu’on appelle les cytosines pro-inflammatoires, qui précèdent une infection. Privée d’un repos suffisant, la vache est très exposée aux infections et devra donc puiser dans son énergie pour combattre ces infections. Tout cela entraîne un fléchissement de la production laitière. Quand les vaches ont la possibilité de se rétablir, elles se consacrent en première instance au repos et moins de temps à s‘alimenter.

Quels facteurs déterminent le comportement de repos?

Le comportement de repos ne coïncide pas avec celui du couchage. En effet, le comportement de repos est une combinaison du temps de couchage, du nombre de moments de couchage et de sa durée. La mesure isolée de la durée de couchage n’est pas très significative quant au comportement de repos de la vache et ne permet pas d’identifier les vaches malades.

Il existe quelques facteurs reliés à la vache qui permettent d’expliquer les différences. C’est ainsi que des études mettent en lumière que les vaches en fin de lactation ont besoin de davantage de temps de couchage qu’en début de lactation. Quant aux génisses, on a constaté qu’elles débutent la lactation par des moments plus fréquents de couchage brefs, pour se rapprocher plus tard du comportement des vaches multipares, à savoir moins de séquences de couchage, mais des séquences plus longues. …

Ceci est un extrait de l’article “Comment optimaliser le comportement de repo” (20%).

Lire la suite de l’article dans le no. de mars 2022 de ‘Lait&Elevage’.


Texte: Pieter Passchyn – vétérinaire et conseiller indépendant |Photo: Twan Wiermans













Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.