Le chaulage, favorable à la qualité de l’eau et aux rendements

Une étude du Service pédologique de Belgique montre qu’un pH optimal du sol est à la fois bénéfique pour la rentabilité financière des agriculteurs et pour la qualité de l’eau.

Le Service pédologique de Belgique a rédigé un rapport sur les relations entre d’une part le pH du sol et le chaulage et d’autre part la fertilisation azotée, les résidus de nitrates et le lessivage de ceux-ci. Le pH optimal du sol est fonction du type de sol, de la teneur en humus et de la culture.

Si le pH n’est pas optimal, la végétation absorbe moins d’azote. En raison d’autres facteurs, un pH déséquilibré n’entraîne pas automatiquement davantage de résidus de nitrates. D’autre part, on sait que le pH du sol et le chaulage influencent les résidus, mais de façon variable en fonction d’autres paramètres.

D’après cette étude, menée à la demande de la VLM (Vlaamse Landmaatschappij, la société foncière flamande), les parcelles ont majoritairement un pH trop faible, ce qui entraînerait un manque à gagner chiffré à 107 millions d’euros. L’investissement nécessaire à l’obtention d’un pH optimal via le chaulage est chiffré à 73 millions d’euros. Pour les parcelles les plus acides, cet amendement doit se faire sur plusieurs années. Une fois le pH rétabli, son niveau doit être maintenu moyennant un chaulage d’entretien. L’enseignement global de cette étude montre que le chaulage se traduit par une meilleure absorption d’azote et des rendements plus élevés.

En cas de régression linéaire et dans une situation où le pH du sol est optimal, les résidus de nitrates régresseraient de 2,5 % en région flamande et le lessivage des nitrates correspondant diminueraient de 1,5 %. Lorsqu’on se base sur le critère de la réaction de l’azote des végétaux au pH du sol, les résidus de nitrates reculeraient de 20 % et le lessivage des nitrates de l’ordre de 14 %. De l’aveu même des chercheurs, cette vision est plutôt optimiste et la réalité se situerait quelque part au milieu.

Un autre inconvénient des sols au pH plus faible est qu’ils produisent, au cours des processus de dénitrification, davantage de N2O (protoxyde d’azote), un puissant gaz à effet de serre.

En pratique

Le choix du type de chaux dépend de la teneur en calcium et en magnésium du sol.

• Utilisez une chaux plus fine si une action rapide est nécessaire. Ne combinez pas le chaulage avec une fertilisation organique ou avec des engrais phosphatés ou sulfatés notamment.

• Tenez compte du fait que le chaulage augmente temporairement la minéralisation N. Cela dignifie qu’il faudra moins d’engrais minéral lorsqu’il y a chaulage au printemps.

• S’il y a chaulage à la fin de l’été et à l’automne, il est recommandé de semer un engrais vert.

Source: Melkveebedrijf, le 25 octobre 2019

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :