L’après-midi d’étude portera sur le tarissement sélectif et la réduction des antibiotiques. (photo T. Wiermans)

Soutenu par le Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER) et la Direction générale Agriculture, Ressources naturelles et Environnement (DGARNE), le projet ‘ALTIbiotique’ vise à consommer moins, mieux et autrement les antibiotiques.

Moins d’antibiotiques, leur utilisation plus raisonnée et la révision de l’approche globale de la maladie, voilà en substance le point de départ du projet ‘ALTIbiotique’.

«ALTIbiotique est le point de convergence de ces trois intentions et mêle volontairement les termes «ALTernatif» et «antIBIOTIQUE». Proposer des solutions concrètes autres que le recours aveugle aux antimicrobiens dans la gestion sanitaire des troupeaux est notre volonté. Développer avec les professionnels des secteurs de l’élevage et de la santé animale des approches préventives capables d’éviter le développement des maladies est notre abord de la problématique», explique-t-on à l’ARSIA.

Réduire la consommation d’antibiotiques dans l’élevage de 50 % à l’horizon 2020. Cet objectif, qualifié de colossal, représente un énorme enjeu si l’on tient à continuer à utiliser les antibiotiques de façon réfléchie. On sait que la résistance des bactéries aux antimicrobiens grandit de façon inquiétante. Un plan d’action d’envergure s’impose donc. La stratégie pour diminuer le recours aux antibiotiques dans l’élevage repose sur des solutions préventives concrètes visant à réduire le développement de maladies en élevage.

Info: François Claine, altibiotique@arsia.be, tél. 083/23.05.15

Source: ARSIA, le 24 février 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *