« Nous pouvons contrôler bien plus précisément la ration »

Lorsque les vaches de Coen Overvest réintègrent l’étable l’après-midi, après avoir pâturé dans les champs, une portion fraîche d’herbe mélangée les attend à l’auge. Depuis 2015, les vaches de Coen sont nourries plusieurs fois par jour par un système d’alimentation automatique, et l’éleveur est passé à une ration totale mélangée.

Overvest fait les choses à sa manière. « Nous avons commencé l’été dernier à donner aux vaches de l’herbe fraîche mélangée avec le système d’alimentation automatique. Le système réalise un mélange très précis, ce qui signifie que nous pouvons désormais ajuster la ration avec beaucoup plus de précision. »

Dans les collines de la région d’Utrecht, l’éleveur de bétail Coen Overvest élève 180 vaches laitières. En 2011, il a repris l’exploitation de ses parents avec Janneke, ce qui fait d’eux la quatrième génération de l’exploitation familiale. Afin d’améliorer encore le bien-être animal et l’efficacité du travail, l’éleveur a agrandi l’étable existante en 2015. Pour les travaux, il a tenu compte de l’arrivée de l’automate d’alimentation, qui a été installé plus tard la même année.

 

Pendant vingt ans, l’éleveur a nourri ses vaches à l’aide d’une mélangeuse à pales, qui était devenue trop petite et qu’il fallait remplacer. « Il n’était pas possible de continuer à distribuer le fourrage comme ça », dit Coen. « Il nous fallait faire un choix : soit distribuer le fourrage à plusieurs groupes de vaches avec un système d’alimentation automatique, soit externaliser l’alimentation et continuer de distribuer le fourrage à deux groupes. » Cela faisait longtemps que l’éleveur s’intéressait à l’automate d’alimentation Vector. « J’ai suivi les actualités du système depuis son lancement. J’était très intéressé par le fait qu’il repoussait le fourrage plusieurs fois par jour, ainsi que les nombreux réglages possibles. Le système a été considérablement amélioré au fil des ans, ce qui nous a poussés en fin de compte à automatiser l’alimentation. »

Pas de concurrence entre les vaches grâce à une fréquence accrue de distribution du fourrage

Overvest met en œuvre sept rations différentes : pour les vaches laitières ; les vaches taries (rations far-off et close-up) ; les veaux ; ainsi que trois rations différentes pour les génisses d’un an. « Ces groupes reçoivent une ration sur mesure plusieurs fois par jour, ce qui signifie qu’il n’y a plus de concurrence à l’auge. Nous constatons une grande différence à cet égard », dit l’éleveur. « Avec la mélangeuse, les vaches se poussaient entre elles et se disputaient le fourrage. De plus, le Vector distribue très précisément l’aliment, ce qui n’est pas possible avec une mélangeuse d’alimentation. Lorsque l’on fait le mélange soi-même, on n’obtient jamais des rations parfaitement homogènes. Maintenant, il est possible de contrôler la ration avec beaucoup plus de précision grâce aux nombreux réglages possibles. »

De l’herbe fraîche à volonté, à l’intérieur comme à l’extérieur

Les vaches de la ferme sortent chaque jour dans les pâturages. « Après la traite du matin, toutes les vaches sortent », dit Coen. En plus de l’herbe que les vaches broutent à l’extérieur, elles disposent d’herbe fraîche mélangée à l’auge. « Nous avons commencé à utiliser cette méthode en 2018, afin d’avoir un rapport protéine-énergie plus constant. » L’herbe fraîche est mélangée avec du maïs, du tourteau énergétique (mélange de tourteau de maïs et de coques de soja) et de tourteau de soja dans la cuve de mélange. « Nous avons réglé le Vector sur un mode spécial, dans lequel la vis sans fin ne tourne pas en continu pendant le chargement des aliments. Ainsi, les matières premières sont bien mélangées, mais l’herbe est aussi peu abîmée que possible. »

« Pour que l’herbe reste aussi fraîche que possible, du champ à l’auge, nous réapprovisionnons la cuisine d’alimentation en herbe fraîche presque tous les jours. Pour éviter les échauffements, nous répartissons l’herbe sur les différentes zones », explique l’agriculteur. « Donner aux vaches de l’herbe fraîche avec un système d’alimentation automatique, cela ne s’improvise pas – c’est pourquoi nous sommes actuellement en train de peaufiner les paramètres. »

Overvest travaille avec une deuxième cuve de mélange depuis maintenant deux ans. « Chez nous, le Vector passe beaucoup de temps à se déplacer entre les différents endroits, ce qui signifie que les cuves sont rarement vides », explique Coen. « Avec deux cuves de mélange, l’utilisation du système est désormais optimisée. »

Une ration TMR parfaitement mélangée

Avec le passage à l’automate d’alimentation, l’éleveur est également passé à une ration TMR (Total Mixed Ration). « Nous avons retiré les boîtes d’aliments concentrés de l’étable et nous ne donnons pas de granulés dans la salle de traite. Toute la ration est maintenant donnée à l’auge », expose Coen. « Il est très important de bien mélanger les rations TMR, et le Vector est assurément un avantage à cet égard. Une ration bien mélangée est la garantie d’un remplissage constant de la panse, ce qui permet au pH du rumen de rester stable. »

Le passage à l’alimentation automatique et à une ration totale mélangée a conduit à une amélioration de la santé des animaux, constate l’éleveur. « Les vaches démarrent leur lactation plus tranquillement. Elles ne souffrent quasiment pas de déplacements de la caillette ou de fièvre du lait. »

« Tirer le meilleur parti de la vache »

L’efficacité alimentaire est un indicateur important pour Coen : « Nous voulons tirer le meilleur parti de la vache. » Coen travaille donc depuis des années avec un conseiller en alimentation indépendant qui joue le rôle de sparring partner pour l’éleveur, ce qui permet à ce dernier de rester alerte et vigilant. « Nous constatons que les vaches qui reçoivent une ration TMR bien mélangée ont une production plus stable et ne souffrent plus d’un bilan énergétique négatif. En plus, les teneurs en protéines et MG du lait se sont améliorées ! », dit-il avec satisfaction.

Passionné, l’éleveur n’a de cesse de développer et optimiser son exploitation. « Notre objectif est de diriger une exploitation rentable, qui nous offre le plus gros bénéfice possible », déclare Coen, avant d’ajouter : « Mais le plus important est toujours d’apprécier le travail que l’on fait chaque jour ». Et chez cet éleveur passionné, c’est assurément le cas !

Données de l’exploitation

Coen et Janneke dirigent la société Overvest à Doorn (UT), en plus d’élever leurs six enfants. Leur exploitation, répartie sur 80 hectares de terres, compte 180 vaches laitières et taries ainsi que 80 jeunes bovins. L’âge moyen des vaches est de 4 ans et 1 mois. La production moyenne annuelle glissante est de 9500 kg de lait par vache et par an, à 4,4 % de matières grasses et 3,6 % de protéines. Le nombre de cellules somatiques est de 100 et l’indice d’efficacité alimentaire est de 1,4.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :