Remise du prix du ‘bien-être des ruminants’

Marina von Keyserlingk et Daniel Weary de l’université de Colombie britannique au Canada (au centre de la photo) ont obtenu le premier prix du ‘bien-être des ruminants’. (photo Boehringer Ingelheim)

Le prix du ‘bien-être des ruminants’ a été décerné pour la première fois à deux scientifiques canadiens de l’université de Colombie britannique, Marina von Keyserlingk et Daniel Weary. Ce prix a été octroyé par la World Association for Buiatricks (WAB) et est sponsorisé par Boehringer Ingelheim Animal Health.

Ces deux chercheurs mènent un des projets les plus connus mondialement dans le domaine du bien-être des bovins. Voilà 15 ans que Marina von Keyserlingk et Daniel Weary collaborent à ce programme qui a ouvert un champ relativement neuf dans la recherche scientifique.

Leur travail a permis aux exploitations laitières d’ajuster leur manière de travailler. Les sujets suivants ont été privilégiés par les deux scientifiques: le recours aux analgésiques lors de l’écornage et d’autres interventions douloureuses, les changements des stratégies alimentaires, le logement en groupe chez les veaux. Les chercheurs ont formulé des propositions pour un aménagement alternatif des étables et pour un management axé sur le confort des vaches et sur la diminution des problèmes aux pattes et d’autres lésions.

Le prix du ‘bien-être des ruminants’ a été décerné pour la première fois lors d’un congrès à Dublin et représente une valeur de 15.000 euros. Ce congrès a réuni des vétérinaires venus du monde entier qui s’intéressent à la santé des ruminants. La prochaine édition de cet événement aura lieu en 2018 à Sapporo (Japon).

Ce prix s’adresse aux vétérinaires praticiens, chercheurs et étudiants en médecine vétérinaire et est destiné à encourager les travaux permettant d’améliorer les connaissances de la douleur et de la souffrance chez les ruminants afin de les soulager plus efficacement. Le prix est octroyé à des candidats qui sont en mesure de démontrer que leurs travaux ont un réel impact sur le bien-être des bovins, en considérant l’importance des améliorations, le rayonnement international de celles-ci et l’approche innovante de la question.

Source: communiqué de Boehringer Ingelheim

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *