Aliments composés: en Belgique, des entreprises plutôt petites

La semaine dernière, nous évoquions le changement de nom de l’APFACA (Association professionnelle des fabricants composés pour animaux) en BFA (Belgian Feed Association). L’occasion de nous intéresser de plus près à quelques chiffres du secteur des aliments composés dans notre pays.

En 2016, le secteur belge des aliments composés a produit un volume de 7,2 millions de tonnes d’aliments composés. Une particularité à noter: contrairement aux pays voisins, le phénomène de consolidation semble épargner en partie notre pays puisque sur 131 entreprises, 104 produisent un volume inférieur à 50.000 tonnes par an.

En analysant les chiffres de 2016, on s’aperçoit que sur les 7,2 millions de tonnes produites, 3,6 millions sont des aliments pour porcs. Viennent ensuite les aliments pour volailles (1,49 million de tonnes) et pour bovins (1,46 millions de tonnes).

Le chiffre d’affaires total du secteur des aliments composés s’élevait en 2015 à 4.871 millions d’euros. Signalons que la part de cette branche d’activité dans l’ensemble de l’industrie alimentaire oscille autour de 10 %.

Importation et exportation

Les Pays-Bas et la France représentent à eux seuls 90 % des importations d’aliments du bétail en Belgique. En 2015, les Pays-Bas ont exporté 910.263 tonnes d’aliments composés en Belgique et la France en a écoulé 317.076 tonnes sur le marché belge. S’agissant des exportations, la Belgique a écoulé 19 % de son volume de production hors de nos frontières, principalement en France (38 %) et aux Pays-Bas (28 %). Exportation et importation s’équilibrent presque parfaitement puisque 1.365.057 tonnes d’aliments composés pour animaux ont été exportées en 2015 et 1.362.610 tonnes ont été importées.

Pour terminer, un mot sur l’utilisation des matières premières des entreprises membres de la BFA. En 2014, ces entreprises ont transformé 7.378.000 tonnes de matières premières, dont 42 % de céréales. 3.563.000 tonnes étaient des coproduits issus de l’industrie alimentaire et du secteur des biocarburants. Cela confirme donc que le secteur des aliments composés pour animaux contribue énormément à la valorisation des coproduits.

Source: BFA, 26 avril 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *