Concertation entre le secteur agricole et les banques: vers des mesures concrètes

La journée d’étude du 24 janvier se penchera notamment sur les possibilités d’améliorer le revenu des producteurs. (photo Twan Wiermans)

Le 26 août se tenait une réunion de concertation entre le secteur agricole (Agrofront) et le secteur bancaire (Febelfin) en présence de Willy Borsus, ministre fédéral de l’Agriculture, Kris Peeters, vice-premier ministre et ministre de l’Economie et des ministres régionaux chargés de l’Agriculture, René Collin et Joke Schauvliege. Cette réunion avait pour but de chercher des solutions aux difficultés financières rencontrées par les exploitations agricoles.

Les pistes suivantes ont été avancées pour atténuer la volatilité des prix sur les marchés:

  • Tout d’abord, œuvrer à court terme, et en concertation avec le secteur agricole et les pouvoirs publics, à une sensibilisation des exploitations agricoles concernées. Ces exploitations sont invitées à prendre contact à temps avec leur banque afin de pouvoir réaliser une analyse approfondie de leur situation financière et de pouvoir discuter des solutions spécifiques appropriées. Parallèlement, les banques elles-mêmes prendront l’initiative d’examiner la situation des dossiers potentiellement problématiques. Febelfin fournira de plus amples informations à ce sujet, la palette des outils susceptibles d’être mobilisés pourrait contenir: un financement complémentaire, la possibilité de report de paiement du capital, la prolongation de la durée du crédit, une formule mixte ou alternative.
  • À moyen terme, conjointement avec le secteur agricole et les gouvernements régionaux et fédéral, procéder à une analyse des modifications structurelles et réglementaires qui pourraient être apportées au niveau régional, fédéral et européen pour permettre une amélioration durable de la situation du secteur agricole.
  • Les différents niveaux de pouvoir sont mobilisés afin d’utiliser tous les leviers entrant dans leurs compétences, notamment via la possibilité d’activer des garanties régionales aidant à renforcer la situation financière des exploitations concernées.
  • Une task force regroupant des représentants des secteurs et autorités concernés est mise en place afin d’assurer un suivi continu de la situation.