Et si le prix de l’engrais chimique ne baissait pas ?

L’engrais chimique azoté est cher, cela ne fait aucun doute aujourd’hui. Alors, de nombreux éleveurs laitiers et agriculteurs se demandent quoi faire. Acheter maintenant ou pas…et acheter quoi ? Dans cet article, nous donnons des clés pour faire le bon choix.

Boule de cristal ?

Nous allons tout d’abord nous demander ce que le niveau de prix de l’engrais chimique azoté nous réserve ces prochains temps. Nous n’avons pas de boule de cristal et ne pouvons donc pas prédire l’avenir, mais il est probable que les prix se stabilisent au niveau actuel. Le prix que vous payez en tant que paysan est directement lié à ce qui se passe sur le marché mondial. La demande, par exemple, y est forte en raison de la hausse du prix des céréales. À l’heure actuelle, rien n’indique que les prix seront radicalement ajustés vers le bas. Attendre avant d’acheter de l’engrais chimique ne servira donc à rien, mais entraînera des risques logistiques.

Les éleveurs laitiers prennent le fourrage brut comme point de départ

Il est toujours bon de longuement réfléchir à l’utilisation d’engrais chimique. En général, l’éleveur laitier prend le fourrage brut comme point de départ de sa réflexion. Si vous, éleveur laitier, avez exactement la bonne quantité de fourrage brut sur votre exploitation, il vaut mieux ne pas économiser sur l’engrais chimique. Chaque kilo d’azote en moins est synonyme de perte de rendement. Un éleveur laitier qui veut économiser sur l’engrais chimique et accepte la perte de rendement en résultant devra compenser par l’achat de concentré. Outre le coût de cet achat, il faudra tenir compte du phosphate qu’on ramène dans l’exploitation.

Si vous avez plus qu’assez de fourrage brut, vous pouvez donner moins d’engrais au sol de certaines parcelles. En revanche, nous vous conseillons de fertiliser pleinement les parcelles d’où provient le fourrage brut destiné aux vaches laitières. Une bonne production de lait dépend en effet d’un fourrage brut de qualité. Moins d’azote signifie automatiquement une teneur en protéines plus faible. Là aussi, la règle est finalement qu’un fourrage brut de mauvaise qualité ne peut pas être compensé par du concentré.

Efficacité de l’azote

Indépendamment du prix, il est toujours judicieux de se pencher sur l’efficacité de l’azote. Dans ce contexte, les engrais contenant du soufre sont un choix logique. En plus d’une meilleure utilisation de l’azote, le soufre contribue aussi à la construction des protéines dans l’herbe, qui sont importantes pour la vache. À cela s’ajoute le fait que la composante de soufre dans le niveau de prix actuel de l’engrais chimique est relativement bon marché.

Les agriculteurs font aussi leurs comptes

Les agriculteurs s’interrogent peut-être sur la perte de rendement que représente pour eux une fertilisation moins importante. Dans le contexte du prix actuel des céréales, il vaut mieux utiliser l’engrais chimique comme prévu. Évidemment, chaque paysan devra faire son choix pour lui-même. Outre le facteur (perte de) rendement, la qualité est déterminante.

Effet sur le prix de revient

Partant du principe que tout coût supplémentaire fait mal, cela vaut la peine de se demander quel serait l’impact réel de coûts plus élevés pour les engrais chimiques sur le prix de revient total d’un litre de lait ou d’un kilo de blé. Cet impact variera selon l’exploitation, mais, en règle général, il sera très faible. Même si le prix est élevé par rapport à l’année précédente, économiser sur l’azote n’apporte pas beaucoup d’avantages et engendre des risques plus importants.

Alternatives

Il existe sur le marché différentes sources d’azote alternatives qui sont moins chères. On peut y réfléchir, mais il faut faire attention à la consistance du produit (fertilisez-vous vraiment ce que pensez fertiliser) et à l’effet sur les sols quand les sources d’azote sont plus acides.

Au bout du compte, il sera judicieux pour la plupart des exploitations de limiter le risque et d’acheter de l’engrais à temps afin d’éviter les problèmes de logistique, de sécuriser le rendement et de garantir la qualité du fourrage. Dans ce contexte, les engrais au soufre sont un choix attrayant tant sur le plan technique que financier.

Envie d’en savoir plus ?

Envie d’en savoir plus sur le meilleur choix pour votre exploitation ? Dans ce cas, demandez un devis sans engagement via Yara. Nous collaborons avec votre fournisseur privilégié pour vous transmettre un conseil et une offre adaptés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.