FrieslandCampina accélère sa restructuration

L’optimalisation de la restructuration chez FrieslandCampina devrait entraîner d’ici 2021 la suppression d’un millier d’emplois, aux Pays-Bas, en Belgique et en Allemagne.

En 2018, FrieslandCampina initiait sa stratégie ‘Our Purpose, Our Plan’ (notre objectif, notre plan). Ce programme a été évalué il y a peu. Conclusion de cette évaluation: même si cette stratégie est pertinente, sa mise en œuvre doit être accélérée, en se focalisant sur les segments en croissance et la baisse structurelle les coûts. Les effets de la crise du coronavirus, notamment la fermeture de certaines frontières et l’arrêt brutal du secteur du foodservice, ont bien entendu impacté la rentabilité du groupe laitier, d’autant que les marges bénéficiaires sur le marché européen se réduisent depuis longtemps. Pour le management, la stratégie choisie est la bonne, mais la configuration du marché demande à ce qu’elle soit implémentée plus rapidement, en se focalisant sur une croissance rentable du chiffre d’affaires et la compression des coûts.

Cinq points d’attention

Les dirigeants de FrieslandCampina ont identifié cinq points d’attention devant permettre d’atteindre les objectifs poursuivis. Le premier levier est la mise en œuvre accélérée des thèmes essentiels de la stratégie ‘Our Purpose, Our Plan’. Cela passe par l’accentuation de l’aspect santé de ses produits, une écoute permanente des besoins de la clientèle, la mise en avant de la durabilité et une meilleure valorisation des produits laitiers de base.

Le second axe de cette démarche est la nouvelle approche du marché de Hong Kong et de la Chine. Hong Kong constitue en effet la porte d’entrée pour le sud de la Chine. Or la frontière entre l’ancienne colonie britannique et la Chine est toujours fermée, ce qui entrave fortement le commerce de FrieslandCampina avec cette région du monde. D’où la nécessité d’une nouvelle approche de ce marché.

Ensuite, il s’agit d’optimaliser l’organisation, dans le réseau de production et le management notamment, ainsi que dans les sites de production en surcapacité structurelle. Quant aux deux derniers leviers, ils concernent l’accroissement des fonds propres de l’entreprise et le renforcement de la culture d’entreprise.

Source: FrieslandCampina, le 10 novembre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :