Impact et gestion des mammites : le recours aux bolus est efficace !

En moyenne, environ 30 % des vaches souffrent d’une mammite légère ou sévère. Une vache souffrant de mammite coûte en moyenne 240 euros par an, essentiellement du fait de la perte de production laitière. La prévention par l’administration de compléments minéraux pour stimuler la santé de la mamelle est donc cruciale. En offrant un apport nutritionnel à vos vaches avec un bolus, vous maximisez, en outre, les chances de guérison.

Augmentation du nombre de cellules somatiques, baisse de la production laitière

La mammite subclinique est une infection qui ne présente pas de signes visibles d’inflammation locale ou de symptômes généraux de maladie. En revanche, la mammite clinique s’accompagne de symptômes perceptibles, tels qu’une réaction inflammatoire. Dans presque tous les cas de mammite, on observe une augmentation du nombre de cellules somatiques. Et on sait que plus le nombre de cellules somatiques augmente, plus la production de lait diminue.

Lait anormal et symptômes de maladie

Dans la plupart des cas, la mammite est provoquée par l’entrée de bactéries via l’orifice du trayon (cause infectieuse). Selon le germe et le degré d’infection, la mamelle présente des anomalies (rougeur, gonflement, douleur et chaleur). Le lait est, en outre, inhabituel (flocons, traces de sang et odeur anormale). Dans les cas graves, des symptômes généraux de maladie peuvent apparaître (fièvre, réduction de l’ingestion, diminution de l’immunité). Outre les causes infectieuses, des causes non infectieuses peuvent également provoquer une mammite (traumatisme ou irritation chimique).

Conséquences négatives d’une réaction inflammatoire

Les vaches souffrant d’une mammite clinique présentent des symptômes et un comportement révélateur d’un tableau clinique général : diminution l’ingestion, évitement de la position couchée en raison de la douleur au pis et, par conséquent, risque accru de troubles locomoteurs. La diminution de l’ingestion entraîne un bilan énergétique négatif, un épuisement des réserves corporelles et une formation accrue d’acides gras libres. Sans oublier l’augmentation du risque d’autres troubles métaboliques, comme la cétose et la fièvre de lait.

38 % du coût total des maladies de production les plus courantes

Les mammites ont également des conséquences négatives pour les éleveurs. Elles provoquent notamment une augmentation du stress, une perte de temps et une diminution de la satisfaction au travail. Vous subissez, par ailleurs, une perte économique notoire en raison de l’augmentation des coûts de prévention et de traitement, de la diminution de la production laitière et de l’élimination éventuelle des animaux concernés. Une mammite peut facilement coûter 240 € par vache et par an, soit 38 % du coût total des maladies de production les plus courantes.

Gestion des mammites cliniques et subcliniques

Il est essentiel de se concentrer à la fois sur le traitement des infections existantes et sur la prévention des nouvelles infections.

Traiter les infections existantes

  • Traitez soigneusement les mammites cliniques et subcliniques. Définissez le plan de traitement avec votre vétérinaire. Pour soutenir l’immunité locale et générale de votre vache lors d’une mammite, vous pouvez lui administrer un bolus Farm-O-San Cellow.
  • Optimisez la gestion des périodes de tarissement (ration, couchage, hygiène, état). Discutez avec votre vétérinaire du protocole qui convient le mieux à votre exploitation. Vous pouvez traiter avec ou sans antibiotiques. Le traitement au tarissement sélectif et sans antibiotiques est possible si le nombre de cellules somatiques dans les citernes à lait est <200 000/ml et si le nombre de cellules somatiques de votre vache lors du dernier contrôle était <150 000/ml. Il est recommandé d’avoir un test CMT négatif de votre vache. Vous pouvez, là encore, renforcer l’immunité locale et générale de votre vache pendant le tarissement avec un bolus Farm-O-San Cellow.
  • Réformez les vaches chroniquement infectées.
  • Contrôlez chaque mois la santé du pis de toutes les vaches de votre exploitation et parlez-en avec votre vétérinaire et votre conseiller.

Prévenir les nouvelles infections

  • Adoptez une bonne technique de traite. Entretenez et contrôlez régulièrement le fonctionnement de la machine à traire.
  • Visez une bonne santé générale de vos vaches et génisses.
  • Optimisez le confort et l’hygiène dans l’étable. Et ce, tant pour les vaches en lactation que pour les vaches taries et les génisses.
  • Misez dès aujourd’hui sur la santé du pis de demain !

Farm-O-San Cellow

Farm-O-San Cellow est un bolus à base d’extraits naturels de plantes et de minéraux. Il présente une teneur élevée en ail ainsi que des composants tels que le calcitriol (une forme active de vitamine D qui favorise l’absorption du calcium) et des additifs Trouw Nutrition uniques. Il se compose de sélénium organique, d’un mélange d’antioxydants d’origine végétale, de vitamine E et de minéraux d’hydroxyde de zinc de haute qualité. Ces ingrédients sont spécialement sélectionnés pour leur capacité à améliorer la santé de la glande mammaire en périodes de diminution de la résistance des vaches.

Vous souhaitez découvrir Farm-O-San Cellow ?

Passez commande et recevez temporairement un lance bolus gratuit pour l’achat de 2 pots de Farm-O-San*. Pour plus d’informations, envoyez un e-mail à farmosan@trouwnutrition.com.

*Action valable jusqu’au 28 février 2022 inclus.


Source – Trouw Nutrition

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.