La première fauche de l’année ? Prenez garde !

La première fauche a déjà eu lieu à plusieurs endroits. En raison de la dispersion au moment de la récolte, il existe grosso modo deux types d’ensilage : humide ou pauvre en protéines. Quel que soit le type d’ensilage, l’altération et l’échauffement (le réchauffement des aliments) constituent deux risques majeurs. Vous découvrirez dans cet article comment éviter l’échauffement et tirer le meilleur parti de votre première coupe. Vous trouverez également des conseils sur la manière de donner les deux types d’ensilage.

L’ensilage de juin, sujet à l’échauffement
Le moment de la récolte de la première coupe détermine en grande partie la qualité de votre fourrage hivernal. Les éleveurs laitiers qui ont fauché pour la première fois en juin doivent souvent faire face à une teneur en protéines plutôt faible, de l’ordre de 11 à 12 %. En raison de la fauche tardive, l’ensilage contient beaucoup de fibres et souvent peu de sucre. Si la teneur en matière sèche est supérieure à environ 40 % et qu’aucun additif pour ensilage n’a été utilisé, le risque d’échauffement augmente considérablement. Ce risque peut déjà être estimé sur les résultats d’ensilage sur la base de l’indice de sensibilité à l’échauffement.

 

Maintien de l’apport alimentaire
L’ensilage sujet à l’échauffement se caractérise par une teneur élevée en matière sèche, un pH élevé et une faible teneur en acide acétique et/ou lactique. Les conséquences de ce type d’ensilage sur la production laitière se voient rapidement : même sans échauffement, la consommation d’aliments est soumise à une pression considérable, car un ensilage d’herbe riche en fibres diminue l’absorption de matière sèche de la vache. L’échauffement affecte également la prise alimentaire et la valeur nutritionnelle. Il est donc essentiel de le prévenir et de stimuler la consommation d’aliments. Afin d’éviter autant que possible l’échauffement de votre ensilage et de maintenir une consommation optimale, optez pour Selko®-TMR, qui réduira les risques d’échauffement.

Une première coupe sujette à l’échauffement avec environ 12 % de protéines ? Agissez !

  • Attendez l’automne pour nourrir les animaux (conditions plus favorables).
  • Mélangez la ration avec un ensilage (d’automne) riche en protéines.
  • Servez-vous de l’ensilage d’automne pour créer une couche supérieure.
  • Ajoutez à la ration un autre produit riche en protéines (bien conservé).
  • Veillez à ce que la surface de coupe soit propre et tranchante.
  • Éliminez quotidiennement les résidus d’aliments.
  • Ajoutez 2L de Selko®-TMR par tonne d’aliments dans la mélangeuse.
  • Si nécessaire, traitez également la surface de coupe du silo avec Selko®-TMR.


Sensible diminution des restes de fourrage
Pieter Rozendaal, Herd Manager à la ferme laitière Den Eelder à Well (les Pays-Bas), a fait lui-même l’expérience des problèmes causés par l’échauffement sur ses vaches et sa rentabilité. Avec 650 vaches, il atteint chaque année une production laitière moyenne de 10 500 kg par vache. Il se dit ravi des résultats obtenus avec l’additif Selko®-TMR : « Ce qui m’a le plus frappé au début, c’est la réduction visible des restes de fourrage. Ils étaient quasi nuls, alors que nous visions 2 à 2,5 % de restes. Nous avons commencé à utiliser cet additif pour conserver la qualité de la ration plus longtemps. Les aliments restent désormais frais jusqu’au prochain repas. Et cela se voit dans la prise de nourriture qui est plus importante. »

L’exploitant laitier Pieter Rozendaal partage son expérience avec l’additif Selko®-TMR

Plus qu’un additif
Rozendaal utilise Selko-TMR toute l’année. Rozendaal : « En été, nous en utilisons deux litres par tonne d’aliments. Pourquoi arrêterions-nous en hiver ? Il semble d’ailleurs que Selko-TMR soit bien plus qu’un simple additif pour éviter l’échauffement et qu’il contribue également à la production de lait et au nombre de visites du robot. Dans la mesure où nous travaillons avec beaucoup de personnel et de nourrisseurs différents, il est essentiel que le produit soit relativement sûr », explique Rozendaal.

Ensilage de mai mal conservé
De nombreuses fauches ont également lieu en mai, notamment durant la semaine de l’Ascension (semaine 19). La plupart des ensilages de cette semaine contiennent entre 20 et 25 % de matière sèche (source : Eurofins Agro). La teneur moyenne en acide butyrique est de 3,3 g/kg MS, alors que la norme est de <3 g/kg MS. L’acide butyrique est produit par certaines bactéries, en particulier Clostridium (tyro)butyricum. Ces bactéries peuvent former ce que l’on appelle une endospore.













Problèmes de production dus aux spores
Une spore est une bactérie latente. Elle se caractérise par le fait qu’elle peut survivre à des conditions défavorables (par exemple, la sécheresse, un pH trop faible ou trop élevé, des températures très élevées). Par ailleurs, une spore est capable de se multiplier rapidement et de former de nouvelles spores. L’ensilage crée un climat propice au développement de ces bactéries, qui sortent de leur hibernation et causent toutes sortes de problèmes de production, par exemple lors de la fabrication du fromage.

Effet inhibiteur sur les bactéries Clostridium
L’alimentation avec un ensilage dont la concentration en acide butyrique est élevée comporte un risque de formation de spores. Si vous souhaitez donner ce type d’ensilage à vos vaches laitières dans une mesure limitée, vous pouvez envisager d’utiliser un additif qui prévient l’échauffement à l’aide de MCFA. Il a été démontré que les MCFA, en particulier l’acide laurique, ont un effet inhibiteur sur les bactéries de la famille des Clostridiums. Selko®-TMR est un inhibiteur d’échauffement à large spectre dont les MCFA sont l’un des composants fonctionnels.

 

Que faire avec un ensilage dont la concentration en acide butyrique est élevée ?

  • Éliminez les zones visiblement altérées et éloignez-les de l’étable.
  • Nourrissez les vaches laitières productives de manière limitée.
  • Donnez, par exemple, la couche supérieure et les côtés aux jeunes bovins de plus d’un an.
  • Soyez suffisamment rapide pour nourrir vos animaux.
  • Veillez à ce que la surface de coupe soit propre et tranchante.
  • Empêchez l’air de pénétrer dans le silo.
  • Retirez quotidiennement les restes d’aliments.
  • Accordez une attention particulière à l’hygiène dans l’étable et pendant la traite.
  • Ajoutez 2L de Selko®-TMR par tonne d’aliments dans la mélangeuse.
  • Si nécessaire, traitez également la surface de coupe du silo avec Selko®-TMR.

 

Vous voulez optimiser votre ensilage ou lutter contre l’échauffement avec Selko®-TMR ? Surfez sur ce site web pour obtenir plus de conseils sur le stress thermique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *