Langue bleue: la Belgique placée en zone réglementée

Suite à la détection de la fièvre catarrhale dans une exploitation bovine à Paliseul, en province du Luxembourg, l’AFSCA a lancé un plan de surveillance accrue autour de ce foyer. L’ensemble du pays est placé sous statut de zone réglementée depuis le 28 mars.

«Lors d’un contrôle hivernal de l’AFSCA sur quelques animaux d’une exploitation à Paliseul, l’Agence a détecté la présence du virus du sérotype 8 de la FCO. L’AFSCA a donc mis en place un plan de surveillance accrue dans tous les élevages bovins et ovins situés dans un rayon de 5 km autour de l’exploitation contaminée afin de déterminer si le virus a effectivement circulé. Les premiers résultats révèlent la présence d’animaux infectés dans quatre autres exploitations bovines autour de celle de Paliseul, déclarée foyer. L’ensemble de la Belgique est aujourd’hui placée en « zone réglementée ». Ce virus se transmet uniquement via des vecteurs infectés (culicoïdes, de petits insectes volants), pas par contact entre ruminants. Il ne se transmet pas non plus à l’homme et ne présente d’ailleurs aucun risque en matière de santé publique», indique l’ASFCA.

Zone réglementée

Depuis le 28 mars, l’AFSCA applique toutes les mesures prévues par la réglementation européenne. «Les mouvements intracommunautaires d’animaux sont soumis à des conditions, et l’AFSCA ne certifiera que les animaux qui remplissent ces conditions pour les échanges intracommunautaires. En outre, il n’y a pas de restriction de circulation des ruminants sur le territoire belge. La vaccination contre le sérotype 8 est facultative mais elle est vivement recommandée par l’AFSCA.»

Commercialisation des ruminants

–       Les échanges et déplacements en Belgique peuvent se poursuivre sans conditions spécifiques.

–       Les échanges vers la France, certaines parties d’Allemagne, Chypre et la Suisse peuvent également se poursuivre sans conditions spécifiques.

–       Pour les échanges vers des pays ou des zones où le sérotype 8 n’est pas présent, seuls les animaux sûrs peuvent être commercialisés. Il s’agit soit d’animaux d’abattage destinés à l’abattoir désigné par l’Etat membre concerné. Ou bien il s’agit d’animaux qui ont été vaccinés au plus tard 60 jours avant leur départ et maximum un an auparavant. S’ils ont été vaccinés moins de 60 jours avant, il faut un examen PCR supplémentaire. Pour les animaux dont la protection par les anticorps contre la langue bleue a pu être démontrée par une double examen, il existe deux possibilités: un examen sérologique au plus tôt 60 jours et ensuite 7 jours avant le déplacement ou bien un examen sérologique au moins 30 jours et ensuite un examen PCR 7 jours avant le déplacement. Seuls les animaux qui satisfont aux conditions ci-dessus seront certifiés par l’AFSCA pour un échange commercial intracommunautaire.

Pour des informations plus détaillées sur ces mesures, les échanges commerciaux et la vaccination: www.afsca.be/santeanimale/fievrecatarrhale/actual.asp

Source: AFSCA, le 28 mars 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :