Le bilan 2019 du secteur des aliments composés

Dans son rapport d’activités 2019, la BFA, l’Association professionnelle belge des aliments composés, parcourt les principaux thèmes qui ont marqué l’année dernière: le soja durable, la réduction des antibiotiques, les émissions entériques et la sécurité alimentaire. L’impact de la peste porcine africaine chez les sangliers est également abordé.

En Europe, la Belgique occupe la huitième place pour la production d’aliments composés pour animaux. En 2019, la production européenne totale d’aliments composés a atteint 163 millions de tonnes. Les 120 membres de la BFA ont produit l’année dernière 6,7 millions de tonnes. Quant au chiffre d’affaires du secteur des aliments composés en Belgique, il a régressé de 8,1 % par rapport à 2017, pour atteindre 4,553 milliards d’euros.

Volumes

Les aliments pour porcs représentent 52 % de la production totale d’aliments composés, soit 3,5 millions de tonnes en 2019. Les aliments pour bovins représentent 1,5 million de tonnes et ceux pour volailles 1,2 million de tonnes. Cette dernière catégorie a régressé sensiblement l’année dernière suite à la présence du virus H3.

Certificats, convention et autocontrôle

365.000 certificats de soja durable ont été achetés, répondant entièrement aux recommandations FEFAC Soy Sourcing Guidelines et à 100 %  au label ‘deforestation free’. L’année dernière, la BFA a cosigné la convention sur les émissions entériques et a enregistré un recul de 71 % des antibiotiques dans les aliments médicamenteux par rapport à 2011. Par ailleurs, l’usage de la colistine a été banni.

En matière de sécurité alimentaire, la priorité doit aller à un système d’autocontrôle validé et certifié, reposant sur des fondations solides et impliquant un monitoring des risques.

Charte de la durabilité 2030

S’agissant de la sécurité alimentaire encore, la BFA a organisé une plateforme entre les différentes parties prenantes qui a permis d’identifier les priorités en matière de durabilité pour les 10 années à venir. LA BFA en a distillé 12 objectifs concrets. La ‘charte de la durabilité 2030’ de la BFA devrait être dévoilée les 24 et 25 septembre prochains lors du congrès européen de l’alimentation animale. Le premier objectif à atteindre pour la BFA est la réduction des antibiotiques de 75 % à la fin 2024, l’année de référence étant 2011.

Enfin, notons le projet d’organisation d’un atelier consacré à l’impact du covid-19 sur la branche de l’alimentation animale.

Source: BFA, le 8 juin 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :