Les bienfaits des minéraux sur votre production laitière

L’intérêt porté aux oligoéléments a augmenté au cours des dernières années. Une bonne nouvelle, car les oligoéléments et les vitamines jouent un rôle crucial dans divers processus métaboliques. Ils s’avèrent également essentiels à l’optimisation de la santé et des performances de l’animal. Donner la bonne quantité de minéraux n’est pourtant pas toujours une tâche facile… Un excès d’oligoéléments peut même nuire à votre animal.

Des concentrations en cuivre trop élevées

L’apport adapté en minéraux améliore les performances, la santé et l’efficacité du cheptel et a un effet positif sur la production de lait par jour de vie. L’intérêt grandissant porté à l’apport de minéraux dans les exploitations laitières mène à une tendance selon laquelle les teneurs contenues dans les mélanges de minéraux et les rations ont été augmentées à l’excès. Le DG a une fois de plus indiqué récemment que l’apport en cuivre est souvent trop important, ce qui entraîne des concentrations en cuivre trop élevées dans le foie.

La bonne quantité d’oligoéléments et de vitamines

La quantité supplémentaire de chaque oligoélément ou vitamine à fournir dépend de ce qui suit :

  • Les besoins d’une vache, qui dépendent entre autres du niveau de production laitière et des conditions d’exploitation.
  • La teneur en minéraux des fourrages grossiers, des sous-produits et des matières premières sèches.
  • La disponibilité de l’élément pour la vache.
  • La consommation de matière sèche de la vache.
  • L’interaction possible avec d’autres éléments de la ration (antagonisme).

Travailler avec des marges de sécurité

En raison des variations mentionnées, des marges de sécurité sont établies afin de déterminer les besoins en minéraux. Cela signifie que la norme pour les minéraux est fixée à 15 mg, alors qu’une vache n’a besoin en principe que de 12 mg pour son entretien, sa gestation et sa production de lait. Il n’est pas nécessaire d’augmenter encore ces recommandations étant donné que cette marge de sécurité a déjà été intégrée dans les directives de la CVB et de Trouw Nutrition. Les directives estiment donc que, par rapport à des conditions d’élevage idéales, nous donnons trop d’oligoéléments.

Une approche individuelle

Il y a bien sûr des exceptions. En cas de teneurs élevées en molybdène dans le fourrage grossier, l’apport en cuivre selon la norme peut être insuffisant. Il n’est toutefois pas judicieux d’ajuster la norme nationale à ce sujet, car cela entraînerait un taux de cuivre moyen trop élevé, accompagné d’une accumulation de cuivre dans le foie et d’une baisse des performances. Il est donc préférable de gérer au cas par cas et de fournir, par exemple, une quantité plus importante de cuivre par le biais de minéraux sur mesure. Utiliser une meilleure source serait une autre option pour éviter de donner plus de minéraux que nécessaire.

L’alternative aux oligoéléments organiques

Une autre forme d’oligoéléments existe : les oligoéléments organiques. Ils sont souvent utilisés dans les mélanges de minéraux et les aliments concentrés pour compléter les oligoéléments inorganiques (sulfates). Ils vous permettent d’offrir à vos vaches laitières un soutien important en cas de production élevée et de problèmes de santé. Trouw Nutrition vous les propose sous le nom d’Optimin (Cu, Zn, Mn et Se). Des recherches menées sur des vaches blanches belges en fin de gestation ont démontré que les vaches sous Optimin avaient des teneurs en Zn et en Se plus élevées dans le sang que les vaches nourries aux sulfates (Guyot et al., 2017). Des taux inflammatoires plus faibles ont été constatés dans le sang des vaches sous Optimin deux semaines après avoir mis bas, ce qui indique une meilleure immunité.

Les minéraux hydroxylés de la marque IntelliBond (disponibles en cuivre, zinc et manganèse) forment la nouvelle génération d’oligoéléments. Ils sont parfaitement en mesure de remplacer complètement les oligoéléments ordinaires (inorganiques), car il semble que ces oligoéléments inorganiques, moins chers, nuisent aux performances des animaux.

La distinction entre les dosages recommandés

Les recherches menées avec IntelliBond démontrent une plus grande disponibilité en présence d’antagonistes que les sulfates, ce qui explique pourquoi une plus petite quantité suffit. Trouw Nutrition effectue ainsi une distinction entre les rations contenant des oligoéléments inorganiques et les rations complétées avec IntelliBond, parmi les dosages recommandés. Les recherches démontrent qu’IntelliBond a des effets positifs sur la production laitière (Yasui et al., 2014, Daniel et al., 2020). Cette amélioration est due à la digestibilité des fibres en constante augmentation (voir Figure 1).













Figure 1. Effet sur la digestion de la matière sèche (DS) et des fibres neutres aux détergents (FND = fibres) des IntelliBond C M et Z par rapport aux sulfates comme sources d’oligoéléments.

La protection contre la dégradation ruminale

Comment la source des oligoéléments peut-elle expliquer ce phénomène ? Les oligoéléments IntelliBond ne se dissolvent qu’à un pH < 4. Les oligoéléments IntelliBond sont donc « protégés contre la dégradation ruminale » et se dissolvent dans la caillette, contrairement au sulfate de cuivre et au sulfate de zinc, qui sont les sources les plus courantes de cuivre et de zinc dans les prémix et les minéraux. La dégradation ruminale des sulfates est élevée, ils ont donc un effet négatif (antimicrobien) dans le rumen. Les bactéries qui dégradent les fibres bénéficient tout particulièrement de faibles niveaux de cuivre et de zinc dissous. L’amélioration de la digestion des fibres grâce IntelliBond s’est traduite par une production laitière moyenne supérieure de 1 kg chez de nombreuses vaches pleines dans une étude néerlandaise (Daniel et al., 2020).

Conclusion

Les oligoéléments sont essentiels à l’optimisation des performances et de la santé, malgré le fait que l’apport reste minime. Lors de l’utilisation d’oligoéléments, l’important est de combiner la quantité adéquate avec la source de l’oligoélément. Avec IntelliBond et/ou Optimin, la quantité ajoutée peut être réduite dans de nombreux cas. Ils vous apporteront également des avantages au niveau de la santé, mais aussi une meilleure exploitation du fourrage et une production plus élevée par rapport aux sulfates.

Vous voulez en savoir plus ?
Rendez-vous sur healthylife.be pour plus d’informations !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *