Les conservateurs d’ensilage, à utiliser de façon ciblée

Si l’effectivité des conservateurs d’ensilage d’herbe ne fait plus guère de doute, leur utilisation est fonction du facteur économique qu’est le prix du lait et donc du revenu de l’éleveur. Sur le terrain, on recourt le plus souvent de façon sélective à ces conservateurs, pour les deux premières coupes qui représentent la masse de la réserve fourragère et pour la coupe d’automne pour éviter la perte de protéine. Bref, ce sont les moments logiques pour l’utilisation d’un conservateur d’ensilage.

Une bonne production fourragère est à la base de la hausse de la production laitière et donc du résultat financier d’une exploitation laitière. Mais la récolte fourragère est bien entendu fortement tributaire des conditions météorologiques. Plusieurs années consécutives trop sèches et trop chaudes (2021 fait bien sûr exception) ont grevé les rendements et mis à mal les réserves de fourrage, d’herbe notamment. Compte tenu de ces éléments, la matière végétale qui est récoltée doit être de grande qualité et être conservée dans les meilleures conditions. C’est d’autant plus vrai dans le contexte actuel d’une volatilité grandissante des prix des matières premières, dont les aliments composés qui se renchérissent. La hausse du coût des matières premières n’est évidemment pas compensée par une évolution analogue du prix du lait.

Une façon d’améliorer la qualité des ensilage est de …

Lire la suite de cette article dans le no.2 de Lait& Elevage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.