Les vaches sont plus détendues, en meilleure santé et produisent davantage de lait

C’est à Maldegem, en Flandre, qu’est située la ferme de la famille Rys, composée de Frank (63 ans), son épouse Hilde, et leur fils Koen (41 ans). L’exploitation compte 100 ha de terres et environ 200 vaches laitières. Avec le système d’alimentation Lely Vector, le père et le fils souhaitaient gagner du temps et mieux exploiter les vaches, ce qui semble être un succès depuis la mise en service du Vector, il y a quelques mois.

D’une production de viande à une ferme laitière

Frank, le patriarche, a créé en 1978 un élevage de bovins viandeux, avec également quelques vaches laitières. En 1999, Koen a obtenu son diplôme et rejoint son père sur l’exploitation. Il savait depuis longtemps qu’il souhaitait devenir éleveur. Avec l’exemple donné par son père, et son amour du travail avec les animaux, le choix de devenir éleveur s’est vite imposé. Au fil des ans, l’exploitation a lentement évolué pour passer d’une production de bovins à viande à une ferme laitière. En 2016, Frank et Koen ont fait l’achat de trois robots de traite Lely. La plupart du bétail viandeux a aujourd’hui disparu et l’exploitation compte principalement des bovins laitiers. Les Rys se sont également lancés dans l’achat du système d’alimentation automatique Lely Vector. Les appareils Lely ont permis d’automatiser toujours plus les activités répétitives du quotidien, grâce à quoi Frank et Koen peuvent se consacrer davantage aux animaux.

Gagner du temps et tirer le meilleur parti des vaches

Gagner du temps et tirer le meilleur parti des animaux, pour améliorer en fin de compte la santé des vaches : comment faire ? « En automatisant, déclare Koen. En fait, c’est tout à fait logique, explique-t-il. Grâce au Lely Vector, les vaches sont nourries plus souvent, et elles se rendent plus fréquemment au robot de traite. Du fait qu’elles mangent plus souvent, elles sont en meilleure santé, plus rassasiées, et les génisses et vaches taries ont une meilleure santé et démarrent mieux la lactation. » Koen déclare également que le Lely Vector leur permet de tout planifier plus facilement, et que leurs horaires ne sont plus soumis à certaines contraintes : leur planning est ainsi plus flexible. « Par exemple, lorsque je vais faucher l’herbe, je remplis d’abord la cuisine d’alimentation, après quoi je n’ai pas à me soucier de cet aspect pendant quelques jours. Ou par exemple si je veux aller à une soirée, je peux m’occuper des vaches plus tôt, et je n’ai plus cette contrainte des horaires fixes. C’est vraiment un grand avantage notre vie personnelle. »

 

Plus de flexibilité

Depuis 2016, les éleveurs traient leurs vaches avec trois robots de traite Lely Astronaut A4, et cette année, ils ont investi dans le robot d’alimentation Vector. Ils cherchaient un système d’alimentation automatique qui leur permettrait de gagner du temps, d’accroître la flexibilité et de réduire les coûts à long terme. Le père comme le fils ont assurément constaté l’intérêt d’une prise alimentaire plus fréquente. « Nous avons une étable à stabulation libre et quand il fait chaud, nous constatons que les aliments sèchent rapidement et que les vaches ne mangent pas beaucoup plus. Maintenant qu’elles disposent en permanence de nourriture fraîche, les aliments ne sèchent plus pendant les journées chaudes et les vaches mangent en permanence. La nourriture reste fraîche plus longtemps, et il y a moins de restes qu’avant. » Et donc moins de gaspillage. Avant de passer à l’achat, Koen et Frank se sont rendus aux journées Lely Vector aux Pays-Bas, puis dans l’entreprise de Bart Vanderstraeten (vendeur de machines Vector au Lely Center Flandre). En fin de compte, ils ont attendu environ un an avant d’acheter le Lely Vector.

Un investissement rentable

Koen considère l’achat du Lely Vector comme un investissement qui se rentabilise parfaitement. Non seulement en raison de l’augmentation de la production de lait (celle-ci a augmenté d’un litre en quatre semaines), mais aussi pour les animaux, qui sont en meilleure santé.  Sans oublier les économies de main-d’œuvre. « Je pense que nous économisons une heure de travail chaque jour grâce à l’alimentation automatique. Notre consommation d’énergie est elle aussi beaucoup plus basse. » Étant admissibles aux subsides du Fonds flamand d’investissement agricole, ils ont reçu une aide de 30% pour le financement de l’automatisation, et cela en vaut largement la peine.

 

Même les vaches soumises mangent de la nourriture fraîche

Nourrir plus fréquemment, c’est mieux pour les vaches et pour leur durée de vie. Même les génisses et les vaches de rang inférieur ont la possibilité d’accéder à des aliments frais grâce au Lely Vector. Sans ce système, elles sont d’ordinaire reléguées aux restes. Désormais, les vaches dominantes et soumises reçoivent la même ration. En outre, avec un système d’alimentation conventionnel, elles sont contraintes de manger davantage de restes de nourriture. « Lorsqu’on les nourrit automatiquement, elles reçoivent toutes la même chose. Et cela est conforme à notre philosophie d’entreprise ; travailler à une meilleure santé et une plus longue durée de vie de nos vaches, ainsi qu’une production de lait par vache accrue. »

Exploitation laitière de Frank & Koen Rys
Frank, Hilde et Koen Rys gèrent ensemble une exploitation laitière dans la commune flamande de Maldegem. L’entreprise compte environ 200 vaches laitières et veaux. La production laitière sur 365 jours est aujourd’hui en moyenne de 10 700 kg de lait par vache et par an, avec 4,0 % de matières grasses et 3,5 % de protéines. L’âge moyen des vaches est de 4,01 ans. En 2016, ils ont installé dans leur exploitation trois robots de traite Lely Astronaut A4 et en mars 2020, ils ont acheté un robot d’alimentation Lely Vector.

Meer info i.v.m. Lely Vector

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.