Plan de contrôle de la paratuberculose

Dans ces colonnes, nous avons déjà évoqué le plan de contrôle de la paratuberculose. Il n’est pas inutile de le rappeler. L’inscription à ce plan se fait à l’ARSIA, au service ‘Administration de la santé’.

Le plan de contrôle pour la campagne en cours a pour but d’évaluer le risque de présence du bacille paratuberculeux dans le lait produit et, le cas échéant, de réduire sensiblement le niveau de contamination du lait livré en laiterie. Précisons que ce plan n’a pas pour objectif l’assainissement des troupeaux infectés.

–     Le dépistage se limite aux seules vaches laitières;

–     Le dépistage se fait par un test ELISA qui détecte dans le sang ou dans le lait la présence d’éventuels anticorps dirigés contre le bacille de la paratuberculose. En cas de résultat positif, la vache est considérée comme infectée et probablement excrétrice de bacilles dans son lait;

–      Le statut ‘excréteur’ (ou pas) des animaux détectés par le test ELISA peut être établi au moyen d’un test PCR sur les matières fécales;

–      Les animaux supposés excréteurs (ELISA + seul) ou confirmés excréteurs (ELISA et PCR+) doivent être éliminés dans les 2 ou 7 mois selon le niveau visé, A, B ou C;

–      Les animaux infectés mais non excréteurs (ELISA + mais PCR-) peuvent être éliminés plus tard, sans délai imposé;

–      A l’issue du bilan, les animaux sont classés en 3 niveaux (A, B, C);

–      Les animaux classés dans le niveau A feront un bilan tous les deux ans, les autres chaque année;

–      Les ristournes sont accordées au moment de la facturation.

Trois niveaux de classification

Le plan de contrôle distingue donc trois niveaux de classification. Le niveau A est celui où le risque de contamination est faible. Autrement dit, il n’y a pas ou plus d’animal excréteur dans le troupeau laitier. Dans le niveau B, le risque de contamination est faible. Enfin, dans le niveau C, le risque de contamination est avéré. Le troupeau est inscrit au plan de contrôle, mais il ne répond pas aux conditions pour obtenir un niveau A ou B car il reste des animaux infectés et potentiellement excréteurs.

A l ‘ARSIA, on tient à rappeler que ces niveaux de risque «ne reflètent en aucun cas l’état sanitaire réel d’un troupeau vis-à-vis de la paratuberculose. Ils ne peuvent donc pas être utilisés comme ‘garantie’ ou comme ‘faire-valoir’ sanitaire dans le cadre des échanges commerciaux entre troupeaux.»

Ajoutons que les tests s’accompagnent de frais, mais également d’aides, dont on retrouve les modalités sur le site de l’ARSIA et celui du Comité du Lait: www.comitedulait.be/uploads/23b3a2747d93845d40966a458854796ab9eb70a0.pdf

Inscription au plan de contrôle: ARSIA, service ‘Administration de la santé’, admin.sante@arsia.be

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :