Attention aux produits de nettoyage et de désinfection contenant du chlore

Les chlorates peuvent être présents dans le lait en tant que résidu d’agents de nettoyage et de désinfection chlorés utilisés pour l’installation de traite et du tank à lait. La nouvelle norme légale européenne pour les chlorates dans le lait cru est en vigueur depuis juin 2020. La norme précédente de 0,290 mg/kg a été fortement abaissée jusqu’à 0,100 mg/kg.

«Depuis 2016, la présence de chlorates dans le lait cru est surveillée dans le cadre du programme de monitoring sectoriel. De nouvelles analyses sur le lait cru sont prévues à l’automne», indique un communiqué du Comité du Lait (CDL). Ces analyses consistent en un monitoring par sondage au niveau des camions-citerne. Lorsqu’on détecte du chlorate (≥ 0,020 mg/kg) dans un camion-citernes, les échantillons de ferme sous-jacents sont retracés et analysés.

«Les producteurs chez lesquels des chlorates sont détectés (≥0.020 mg/kg), font l’objet d’un programme de suivi. Ceci implique qu’une visite d’exploitation payante est réalisée par les techniciens du CDL afin de déceler la cause de la teneur élevée en chlorates et de définir des mesures correctrices appropriées. L’effet des mesures correctives est vérifié par 3 analyses de suivi dont le coût est supporté par MilkBE. Si la nouvelle norme européenne de 0,100 mg/kg est dépassée, une obligation de notification à l’AFSCA s’applique et une interdiction de livraison est imposée. Dans ce cas, les coûts des analyses de suivi sont à la charge du producteur», ajoute le CDL.

Echantillons

«Pour ne pas avoir à décréter une interdiction de livraison en cas de dépassement de la LMR (limite maximale en résidus) lors d’un seul cas malheureux, on analysera non seulement un échantillon de la collecte de l’échantillonnage initial, mais aussi un échantillon d’une collecte suivante. Ces deux échantillons seront analysés en même temps. Une interdiction de livraison sera imposée uniquement si du chlorate est détecté dans le premier échantillon (>0,020mg/kg) et si la LMR UE est dépassée dans le deuxième échantillon (>0,100 mg/kg). Au cours des 2 dernières années, des chlorates ont été détectés dans environ 2% des échantillons fermiers examinés.»

Recommandations

Le CDL donne une série de recommandations pour éviter la présence de chlorates dans le lait. Premièrement, l’éleveur doit être attentif à un nettoyage correct, c’est-à-dire toujours utiliser les doses d’agents de nettoyage contenant du chlore prescrites par le fabricant et suivre scrupuleusement  les procédures prescrites, par exemple un rinçage avec suffisamment d’eau.

Deuxième recommandation: une vérification régulière de l’état du matériel pour détecter d’éventuelles fuites ou ruptures dans les conduites et les défaillances du système de sécurité anti-retour ou du drainage après le nettoyage. Enfin, le producteur laitier doit s’abstenir ou fortement limiter l’utilisation d’agents chlorés pendant la traite.

Source: Comité du Lait, le 7 octobre 2020

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :