BFA: nouvelle charte de la durabilité

Fin septembre dernier, la BFA dévoilait officiellement sa nouvelle charte de la durabilité. Celle-ci comprend des objectifs concrets en matière de rejet de méthane, de production de soja, d’utilisation des antibiotiques et des flux secondaires, et ce pour les 10 prochaines années.

Parcourons brièvement ces différents objectifs.

La BFA s’engage à réduire les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Parmi les mesures concrètes destinées à atteindre ce but: le recours à des additifs mis au point dans le but de diminuer la production de méthane dans le système digestif des animaux et des adaptations de la ration.

A l’horizon 2030, tous producteurs belges d’aliments du bétail devront être en conformité avec les exigences européennes en matière de soja durable (Fefac Soy sourcing Guidelines). Notons que l’intégralité de la consommation intérieure répond déjà à cette norme.

Renouvellement du plan d’action ‘sources protéiques alternatives’ en 2021, conclu en 2016 avec les autorités flamandes et qui vise la réduction des importations de soja, ainsi que diversification des sources protéiques alternatives.

• La BFA se fixe comme but de sortir par étapes de la production d’aliments médicamenteux aux antibiotiques afin qu’en 2030 les antibiotiques soient totalement bannis des aliments médicamenteux.

• Les membres de la BFA s’engagent à augmenter de 50 % la valorisation des flux secondaires issus de la production d’aliments du bétail et du secteur des bio-carburants d’ici 2030.

• Le mise en œuvre d’une convention sur la consommation énergétique du secteur de l’alimentation animale est encouragée, ainsi que le développement d’un protocole de la biosécurité.

• La réduction des accidents du travail dans le secteur des aliments du bétail.

Source: BFA, le 25 septembre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :