Chute des investissements dans les installations de traite

Au cours de la première moitié de l’année 2016, il s’est vendu 31 robots de traite. (photo Yves Meert)

La fédération sectorielle Fedagrim présentait il y a peu son dossier économique. On y apprend que les investissements dans les installations de traite et les tanks à lait ont fortement reculé.

La Belgique n’échappe évidemment pas au phénomène de baisse des investissements dans les équipements agricoles, qu’on observe ailleurs en Europe. En cause: les prix bas des productions agricoles. Chez Fedagrim, on fait observer que le chiffre d’affaires du secteur est le plus faible depuis dix ans. Les producteurs laitiers ont investis sensiblement moins en 2015 et 2016. Ce constat demande cependant à être replacé dans son contexte, sachant que les investissements avaient été importants dans les années qui ont précédé 2015 et 2016.

Au cours des deux premiers  trimestres de 2016, il s’est vendu 34 % d’installations de traite en moins qu’au cours de la même période en 2015. 74 installations de traite ont été vendues, soit un recul de 107 unités par rapport à 2014, une année record il est vrai. Au cours de la première moitié de l’année 2016, 31 robots de traite ont été vendus, 23 salles de traite parallèles et 13 salles de traite en épi.

Tanks à lait

On observe une régression similaire pour les tanks à lait: alors qu’au cours des deux premiers trimestres de 2015, 115 tanks à lait avaient été vendus, on n’en recensait que 94 pour la même période en 2016. A noter la progression spectaculaire des tanks verticaux (30 unités) et la percée des tanks de plus de 15.000 litres. Chez Fedagrim on estime qu’à l’horizon 2020, tous les nouveaux tanks vendus seront d’une contenance d’au moins 20.000 litres.

Un autre équipement typique de l’élevage: le chargeur. Ici aussi, la baisse des transactions a été importante puisqu’on est passé à 282 machines au cours des six premiers mois de 2016 contre 351 au cours de la même période en 2015. En 2014, on avait même atteint le nombre de 438.

Un point positif dans ce paysage morose: la vente de faucheuses et d’andaineurs. 435 faucheuses ont été achetées au cours des six premiers mois de l’année dernière, soit 124 exemplaires de plus qu’en 2015 pour la même période. Quant aux andaineurs (319 machines achetées au cours des deux premiers trimestres de 2016), on note une stabilité quasi parfaite. On observe une progression de la demande d’andaineurs doubles, ce qui est une conséquence logique de l’agrandissement de la taille des exploitations.

Source: communiqué de Fedagrim, décembre 2016.













Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *