Elanco lance l’approche totale Mesurer, Gérer et Protéger de la cétose dans les élevages laitiers

Elanco lance la nouvelle approche totale de la cétose pour les éleveurs de vaches laitières et leurs vétérinaires : mesurer, gérer et protéger. La vétérinaire Angélique Rijpert-Duvivier, Senior Technical Consultant pour les ruminants chez Elanco pour le Benelux, s’explique : « Ce concept a grandi en moi après de nombreuses discussions avec les éleveurs de vaches laitières et les vétérinaires. Je remarquais encore trop souvent que les éleveurs connaissaient bien la cétose, mais qu’ils n’avaient pas une vision claire de l’impact dans leur propre élevage. Et ensuite, ils ne savaient pas comment lutter contre la cétose de manière structurée. »

Le nouveau concept total comprend trois piliers essentiels. Tout commence par mesurer la santé des vaches en période de tarissement et les vaches fraîches-vêlées. Elanco propose différents outils à cet effet, comme le scan métabolique qui offre un aperçu du statut métabolique des vaches taries, des vaches fraîches-vêlées et des vaches au pic de lactation. Le Predicta Guardian est une application pour smartphone qui, sur la base de l’intelligence artificielle, prédit le risque de problèmes de transition chez chaque vache, dès le 2ème vêlage. Le Keto-Test™, une bandelette de test pour mesurer la cétose dans le lait, offre un aperçu accessible de la cétose. L’application pour smartphone BCS Cowdition forme l’éleveur à déterminer la note d’état corporel (NEC) de ses vaches d’une manière la plus objective possible. Le 2ème pilier consiste à gérer l’alimentation, la stabulation et le confort pendant la période de transition. Une liste de contrôle permet de mieux comprendre les risques pour l’élevage. Cela donne lieu à des mesures de gestion qui facilitent la transition pour toutes les vaches. Malgré la surveillance et une gestion améliorée, les animaux à risque élevé de cétose restent présents dans chaque élevage, par exemple les vaches à partir du 3ème vêlage. Ces animaux à risque sont protégés par une prévention individuelle.

« Travailler de manière durable sans cétose, cela signifie traire avec moins de remplacement et une vie productive saine plus longue », déclare Christiaan Korpershoek, Country Director Benelux chez Elanco. « Une pratique conforme à notre vision « La nourriture et la compagnie enrichissent la vie » dans le but de promouvoir la santé des animaux, des humains et de la planète. »

À propos de la cétose dans les élevages laitiers

La cétose touche 30 à 50 % des vaches après le vêlage1-3. Les vaches ne semblent en général pas malades, mais ont toutefois des problèmes. Des maladies de la transition telles que les déplacements de la caillette, les infections utérines et les rétentions placentaires sont liés à des problèmes de cétose10-13. De plus, l’immunité des vaches diminue généralement de manière significative4-9. La cétose affecte également la production laitière. Les animaux touchés par la cétose n’atteignent pas leur plein potentiel : à partir du 2ème vêlage, l’animal produit 300 kg de lait en moins par lactation. Pour les génisses, il s’agit d’une perte de production de 500 kilos13,2. Enfin, la cétose a également un impact négatif majeur sur la fertilité : la probabilité d’une gestation est de 20 % moindre après la première insémination. Et il faut en moyenne trois semaines de plus pour que la vache montre les premiers signes de chaleur14.


Info – Elanco

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.