« Grâce à Selko-TMR, le fourrage est plus savoureux et mes vaches mangent d’avantage. J’obtiens ainsi presque 200 litres par jour pour tout le troupeau. »

Les températures remontent lentement. Il en va de même pour le risque de stress thermique et d’échauffement. Saviez-vous que le stress thermique pouvait survenir à partir d’une humidité relative de 21° Celsius ? Pensez donc à vous approvisionner à temps en inoculant anti-échauffement. Vous bénéficierez d’une réduction jusqu’à 215 € sur l’achat de Selko-TMR jusqu’au 30 avril.

Les vaches souffrent plus rapidement du stress thermique
Une étude a révélé que les vaches souffraient du stress thermique plus rapidement qu’on le pense généralement. Le stress thermique est causé par une combinaison de la température et de l’humidité relative : le THI (Temperature Humidity Index). Le stress thermique survient lorsque la valeur du THI atteint 68. 

L’échauffement, un problème courant
Outre le stress thermique, l’échauffement (le réchauffement du fourrage) est aussi un problème courant dans le secteur. Les micro-organismes tels que les bactéries, les levures et les moisissures commencent à se multiplier dès que le thermostat grimpe. À la clé ? Une valeur nutritionnelle plus faible et des aliments moins savoureux.

Conséquences de l’échauffement

  1. Perte de nutriments. La valeur nutritive du fourrage destiné au bétail diminue, ce qui peut faire baisser la production de lait et certaines teneurs dans le lait.
  2. Altération du goût. Le fourrage est moins goûteux et moins frais. Résultat : l’ingestion diminue.
  3. Baisse de la résistance. Le développement exponentiel de bactéries toxiques donne lieu à la formation de toxines qui perturbent la flore intestinale et la flore ruminale des vaches. Si la résistance diminue, la santé générale de la vache diminue aussi, ce qui peut se traduire par un taux élevé de cellules somatiques. 

Économiser du temps et du travail
Les effets de l’échauffement se reflètent directement dans le résultat d’exploitation. Un phénomène que confirme le producteur laitier Bart Ceusters, situé à Geel, en Belgique. Avec 275 vaches laitières, il atteint chaque année une production laitière de 10 600 kg par vache. « J’ai remarqué que les aliments n’étaient plus frais le soir et qu’ils avaient perdu leur saveur. Je pourrais résoudre le problème en leur apportant plus souvent du fourrage, mais c’est assez lourd à gérer au niveau de la charge de travail. Mon conseiller m’a suggéré d’utiliser Selko-TMR. Selko-TMR m’a évité de devoir passer à deux rations par jour, ce qui me fait gagner un temps précieux et m’épargne beaucoup de travail. »

Près de 200 litres en plus par jour
Ceusters a également remarqué une différence quant à l’appétence des rations. « L’ingestion reste l’un des principaux piliers de la santé des vaches et de la production de lait. Pour une ingestion optimale, le robot nourrisseur veille à ce qu’il y ait toujours suffisamment de fourrage, et avec Selko-TMR le fourrage reste appétissant. Des vaches laitières qui mangent 0,5 kg de matière sèche en plus produisent facilement 0,7 kg de lait en plus par jour, soit près de 200 litres par jour pour l’ensemble du troupeau ! De quoi récupérer facilement l’investissement dans le produit », admet Ceusters.

De meilleurs résultats techniques
Depuis l’utilisation de Selko-TMR, les résultats techniques se sont eux aussi améliorés. « Je pense que cette amélioration est due à l’augmentation de l’ingestion et à la meilleure santé des vaches. Il arrive parfois que la ration s’échauffe sensiblement à partir de l’ensilage, mais elle reste fraîche jusqu’au prochain repas, même dans ce cas. Nous utilisons Selko-TMR toute l’année (1 litre/tonne d’aliments) et nous doublons la dose (2 litres/tonne d’aliments) pendant les périodes plus chaudes. »

Protéger votre fourrage et contrer l’échauffement avec Selko-TMR ? Profitez temporairement d’une remise jusqu’à 215 €. Rendez-vous ici pour découvrir les conditions de l’action.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.