Jan Bakker (KWS): «Privilégiez le catalogue belge des variétés de maïs»

Rendement en grain, précocité et facteurs de risque – la verse, le charbon des inflorescences et le greensnapp -, voilà les critères qui doivent déterminer le choix variétal du maïsiculteur. Par ailleurs, Jan Bakker, le directeur de KWS, incite les agriculteurs à privilégier le catalogue belge des variétés.

Lors de la traditionnelle rencontre avec la presse, Jan Bakker a réitéré sa thèse connue, mais contestée, que c’est le rendement en grain qui doit être le point de départ du choix variétal. Qui dit grain, dit en même temps amidon et énergie et même protéine». Dans la foulée, le directeur de KWS critique un certain nombre d’essais qu’il qualifie de mauvais.

«On présente beaucoup de choses médiocres. Les chiffres qui figurent dans les catalogues des variétés ne se concrétisent pas toujours dans la pratique. Et pourtant, ces chiffres sont publiés et utilisés, ce qui est préjudiciable pour le cultivateur, l’entrepreneur de travaux agricoles, l’utilisateur final. La seule solution consiste à instituer un protocole fixe et des essais de conformité. Cela doit être la seule base de la publication des chiffres.»

Chercher l’erreur

A l’appui de sa thèse, Jan Bakker montre toute une série d’essais qui se sont soldés par des erreurs. Une précocité correcte, une récolte au bon moment, des évaluations erronées de facteurs de risque et de caractéristiques culturales comme la verse, le niveau de résistance à la fusariose, le niveau de résistance au charbon du maïs et au charbon des inflorescences. Le chiffrage provoque également des malentendus.

«On risque des situations dans lesquelles des différences d’1 point (par exemple entre 7 et 8) se soldent en pratique par une différence de 100 % ou pas de verse. En Belgique, des variétés sont exclues du catalogue belge des variétés en raison de leurs manquements. Par après, elles peuvent resurgir via un autre catalogue. Et aux Pays-Bas, on voit des croix figurer dans le catalogue, alors qu’on pouvait donner des estimations. Le charbon des inflorescences est un problème dans certaines régions déterminées. Pourtant, il n’y a pas d’évaluation dans le catalogue.»

Privilégier le catalogue belge des variétés

Ces problèmes, KWS les a déjà dénoncés à maintes reprises auprès des instances chargées des champs d’essai, mais sans succès. Pour la troisième année consécutive, KWS présente une liste positive de variétés qui conviennent à un semis dans des parcelles présentant un de ces problèmes spécifiques.

Chez KWS, on incite les maïsiculteurs à comparer le catalogue belge et néerlandais des variétés. «En cas de différence sensible dans les chiffres, suivez le catalogue belge qui est plus fiable. Si une variété ne figure pas dans le catalogue belge, mais dans le catalogue néerlandais, il faut s’interroger. Sans doute la variété n’est-elle pas assez bonne. Dans ce cas, il faut examiner par exemple les résultats des essais locaux Varmabel. Il faut se déterminer en fonction du catalogue belge des variétés.»

Source: Melkveebedrijf.be, le 22 janvier 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :