L’audit QFL vérifiera la saisie correcte dans la base de données Bigame

(photo T. Wiermans)

Afin de concrétiser son engagement de réduire l’usage des antibiotiques dans l’élevage, le secteur laitier décidait en 2018 de rendre obligatoire l’enregistrement de l’utilisation des antibiotiques en élevage laitier, via le cahier des charges QFL. Les producteurs laitiers doivent désormais être inscrits dans l’une des bases de données Bigame (Wallonie) ou AB-Register (Flandre) pour conserver ou obtenir  leur certificat QFL.  

Pour poursuivre l’évolution positive entamée, il sera vérifié prochainement lors des audits QFL si l’information introduite par le vétérinaire a été saisie correctement dans Bigame ou AB Register. “Ce suivi contribuera à améliorer la qualité des rapports de benchmarking annuels que chaque producteur laitier recevra”, souligne Alain Masure, président du groupe de travail MilkBE QFL. Mais le producteur laitier a lui aussi sa responsabilité en la matière. Il lui appartient en effet de vérifier les enregistrements effectués pour ses animaux et de signaler des fautes potentielles à son vétérinaire.

“Le but de l’enregistrement des antibiotiques au niveau des vaches et des exploitations n’est pas d’interdire l’utilisation des antibiotiques, mais de parvenir à une application des antibiotiques plus raisonnée”, rappelle-t-on chez MilkBE.

Grâce au rapport de benchmarking que le producteur laitier recevra chaque année, il pourra évaluer son exploitation par rapport à celles de son entourage. Ce rapportétablit la comparaison pour les différents groupes d’âge de bovins laitiers présents. Ceci permet également d’avoir un aperçu de la fréquence d’utilisation des antibiotiques critiques, c’est-à-dire des antibiotiques de dernier recours (quand la bactérie isolée est résistante aux autres antibiotiques de première et deuxième ligne). Le rapport offre une base solide pour que l’éleveur laitier réfléchisse avec son vétérinaire à la meilleure approche sanitaire et une utilisation raisonnée des antibiotiques chez ses animaux.

En combinant les données collectées au niveau des exploitations, l’utilisation des antibiotiques pourra être cartographiée au niveau du secteur. À la demande de la QFL, l’AMCRA établira un rapport sectoriel annuel pour les bovins laitiers.

Source: MilkBE et Comité du Lait, le 4 mars 2021

 













Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.