L’organisation de branche MilkBE voit le jour

Le 18 mars dernier, l’organisation de branche MilkBe était portée sur les fonts baptismaux. Cette structure rassemble les organisations agricoles réunies au sein d’Agrofront (FWA, Boerenbond et ABS) et l’industrie laitière (CBL, Confédération belge de l’industrie laitière).

La collaboration interprofessionnelle entre l’Agrofront et la CBL ne date pas d’hier. Citons les comités pour la détermination de la qualité et de la composition du lait il y a 50 ans, la mise en place de la QFL à la fin des années 90, le création de la CNIL (Commission nationale interprofessionnelle laitière) en 2006, l’élaboration du ‘code de conduite pour les relations entre les fournisseurs et les acheteurs de lait’ il y a 10 ans. Enfin, en 2014, le lancement du monitoring de durabilité du secteur laitier.

Engagement

Les initiateurs de MilkBE s’engagent sur les points suivants:

1.    Renforcer la collaboration interprofessionnelle au travers d’une structure juridique formelle;

2.    Porter les ambitions du secteur et chercher des réponses aux questions sectorielles et sociales;

3.    Œuvrer à plus de durabilité dans la filière lait en Belgique;

4.    Chercher activement la collaboration au sein de la filière pour davantage de valeur ajoutée et des situations gagnant-gagnant;

5.    Là où c’est possible et souhaitable, parler d’une seule voix;

6.    Soutenir et favoriser l’image positive du secteur et des produits laitiers;

7.    Diffuser de l’information sur la filière lait;

8.    Collaborer avec les organisations partenaires;

9.    Collaborer avec les autorités fédérales et régionales pour veiller à l’application de règles du jeu uniformes pour tout le pays.

Priorités

Parmi les priorités que se fixe MilkBE figure notamment la poursuite de programmes dont se retirent les pouvoirs publics. D’une part, le programme Monimilk, qui porte sur le monitoring du lait sur d’éventuels contaminants et d’autre part le remboursement de la valeur du lait en cas de botulisme dans une exploitation laitière.

Notons également que quatre organes de concertation informels – le groupe de travail QFL, la CNIL, la concertation interprofessionnelle Durabilité et la concertation ‘relations entre producteur et industrie laitière – seront intégrés dans MilkBE.

Une fois que MilkBE aura atteint sa vitesse de croisière, le fonds sera approvisionné par les producteurs laitiers via un prélèvement de 8 centimes d’euro par 1.000 litres. Pour autant, cela n’entraînera pas de coût supplémentaire pour les producteurs puisque la contribution au Fonds sanitaire sera diminuée du même montant. Il s’agit donc d’une opération blanche.

Source: Melkveebedrijf, le 19 mars 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :