Parution du nouvel arrêté royal IBR

Les grandes exploitations sont davantage exposées aux risques d’infections. (photo T. Wiermans)

Le 14 décembre dernier paraissait au Moniteur belge le nouvel arrêté royal sur l’IBR.

Les conséquences à court terme de ce nouvel arrêté royal sont les suivantes:

• Pour pouvoir détenir des bovins, l’exploitation doit disposer au moins du statut I2.

• Toutes les exploitations I2 doivent, avant le 1er juillet 2017, faire effectuer un test de suivi. Celui-ci consiste en un screening (examen sanguin IBR gE ELISA) sur un nombre restreint d’animaux sélectionnés. Seuls les éleveurs n’ayant aucun résultat positif (défavorable) dans la catégorie d’âge de 12 à 24 mois pourront encore vacciner eux-mêmes leurs animaux (accompagnement d’exploitation).

• Les tests de suivi ultérieurs (à partir de 2018) devront être effectués chaque année et comporter un screening complet de l’exploitation (au moins tous les bovins à partir de 12 mois et tous les bovins achetés).

• Désormais, les vaccinations devront être consignées au cours du mois suivant leur administration.

• Le screening complet en vue de l’obtention d’un statut plus élevé est rendu plus exigeant: tous les animaux de plus de 12 mois, tous les bovins achetés et tous les bovins nés dans l’exploitation et de moins de 12 mois pour autant que ce groupe représente plus de 50 % du troupeau.

Source: Lettre d’information de la DGZ, le 16 décembre 2016













Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.