Le secteur laitier belge a continué de croître en 2015

En 2015, la production de fromage a bondi de 19 % en raison surtout de l’accroissement de la capacité de production de mozzarella. (photo Milcobel)

Des statistiques rendues publiques récemment montrent que la production de fromage, de poudre de lait, de crème et de beurre a continué d’augmenter l’année dernière. Ce phénomène s’explique par la hausse des livraisons de lait après la suppression des quotas, par l’internationalisation grandissante des échanges et par une plus grande spécialisation dans certains créneaux.

La production de beurre et de lait en poudre a bondi respectivement de 27 et 22 %. Quant aux volumes de fromage, ils ont augmenté de 19 %, en raison surtout de l’accroissement de la capacité de production de mozzarella. Pour les produits laitiers frais, la hausse totale de 8,6 % s’explique essentiellement par le bond de 24 % enregistré pour le lait fermenté. A l’inverse, on observe une baisse de la production de yaourt (- 12 %), de lait vitaminé (- 10,2 %) et de lait écrémé (- 6,5 %).

Les produits qui pèsent le plus lourd dans le secteur de la transformation en Belgique sont le lait de consommation, les boissons lactées et la crème. En 2015, la production de lait de consommation, de lait chocolaté et de lait vitaminé a été de 900 millions de litres environ. Les volumes de production de yaourt, de boissons lactées fermentées, de crème et de desserts ont atteint 545.000 tonnes. La production de lait en poudre a atteint la barre des 230.000 tonnes et celle de fromage se situait à 96.000 tonnes.

Tous ces produits ont été obtenus à partir de 4,5 milliards de litres de lait, 134 millions de litres de crème et 84 millions de litres de lait écrémé, en ce compris les quantités importées.

Par ailleurs, on note également une production de 4.800 tonnes de fromage de chèvre, qui ont nécessité la livraison de 27 millions de litres de lait de chèvre, dont 42 % seulement provenaient d’éleveurs belges.

Avec une part de marché de 33 %, le lait demi-écrémé demeure la première boisson lactée. Viennent ensuite le lait fermenté (14 %) le lait entier (13 %) et le lait chocolaté (10 %). La part du lait vitaminé ainsi que celle du yaourt demeure respectivement de 3 et 2 %.

Pour des tableaux détaillés, voir statbel.fgov.be/fr/statistiques/chiffres/economie/agriculture/transformation/lait/

Source: Communiqué de la Direction générale de la Statistique – Statistics Belgium – le 7 juillet 2016













 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.