30 jeunes éleveurs donnent de la voix devant l’usine Danone

Le 5 septembre dernier, une trentaine de jeunes éleveurs ont mené une action de sensibilisation devant l’usine Danone de Rotselaar (Brabant flamand), en brandissant un CV portant la mention ‘Un travail qui a de l’avenir’. La raison de cette mobilisation: l’intention de Danone d’imposer à ses fournisseurs un clause d’arrêt de croissance ainsi qu’un certain  nombre de mesures de durabilité à partir du 1er janvier prochain.

Un des jeunes éleveurs présents ce jour-là expliquait que, jusqu’il y a peu, les fournisseurs entretenaient une bonne relation avec Danone. Cependant, les rapports avec l’entreprise se sont détériorés ces derniers mois. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase: l’annonce faite par le géant laitier français de n’accepter qu’une croissance des livraisons de 2 % à partir de début 2019. Cette clause signifie en pratique un arrêt de la croissance. A cela s’ajoute un certain nombre de mesures de durabilité qui, en soi, paraissent légitimes aux producteurs laitier concernés, mais dont la mise en œuvre menace la viabilité économique des exploitations.

Si les responsables de l’usine Danone se sont d’abord montrés réticents à l’idée de recevoir ce groupe d’une trentaine de jeunes éleveurs, ils ont fini par fléchir en laissant entrer le groupe entier.

Dans un communiqué diffusé à l’issue de cette réunion de concertation improvisée, Danone a tenu à rappeler que l’usine de Rotselaar a consenti de gros efforts pour acheter d’importants volumes de lait supplémentaires après la suppression des quotas (25 % au cours des 4 dernières années), alors même que les ventes sont restées stables. Par ailleurs, Danone a accepté de lever la clause d’exclusivité liant le producteur à l’acheteur. Dans cette perspective, le groupe laitier souhaite que la concertation interprofessionnelle entre les organisations agricoles et la CBL (Confédération belge de l’industrie laitière) permette la création d’un cadre commun. En outre, Danone réitère son intention de maintenir son système de paiement permettant de mieux faire face à la volatilité des prix. Enfin, la multinationale laitière rappelle son dispositif de prime récompensant les éleveurs qui s’engagent dans plus de durabilité et de qualité.

Source: Melkveebedrijf.be, le 5 septembre 2018

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *