Un an après son lancement, les beaux résultats de l’approche de la santé des onglons Meteor [Lely]

Au printemps 2016, Lely lançait sa nouvelle approche de la santé des onglons Metor. L’objectif était d’améliorer la santé des onglons de manière durable, respectueuse des animaux et sûre. Pendant l’année écoulée, plusieurs exploitations ont été suivies lors du lancement et du suivi de l’approche Meteor. Sue le terrain, les éleveurs ont évalué de façon positive la méthode, ce qui s’est traduit par les beaux résultats qu’ils ont obtenus l’année dernière en matière de santé des onglons. Environ 250 systèmes Meteor ont été implémentés en Europe de l’Ouest. Dans les prochaines années, Meteor sera généralisé dans le reste du monde.

Forte baisse de la maladie de Mortellaro

L’année dernière, trois exploitations ont été suivies de près dans l’utilisation de l’approche de la santé des onglons Meteor, dont les résultats se sont avérés positifs. En effet, on a noté un fort recul du nombre de pathologies touchant les onglons. Par ailleurs, la gravité des atteintes a sensiblement régressé.

L’approche Meteor en pratique

Dans la première exploitation, 82 % des animaux étaient infectés par la maladie de Mortellaro au lancement de Meteor. Au cours de la séance de parage six mois plus tard, ce pourcentage avait fortement baissé, à 32 %. De même, la gravité de la pathologie avait grandement reculé et le nombre de membres ayant un score de 3 pour Mortellaro avait chuté de 77 %.

Dans la deuxième exploitation, 27 % des vaches en production, des vaches taries et du jeune bétail souffraient de Mortellaro au début du programme Meteor. Après une demi-année, seules les vaches productives et taries ont été contrôlées. 23 % des animaux étaient infectés et l’acuité de l’affection avait régressé. Parmi les vaches souffrant de Mortellaro, 85 % avaient un score 1. Après le traitement, le nombre de scores 1 et 2 pour Mortellaro avait considérablement baissé.

Pour la troisième exploitation, on ne s’est focalisé que sur les onglons arrière. Cette exploitation présente un nombre important de cas chroniques de Mortellaro, souvent des vaches plus âgées chez qui la bactérie s’est incrustée et où la maladie de Mortellaro resurgit régulièrement. Malgré cela, le tableau montre que le nombre de cas a baissé depuis le recours à l’approche Meteor.

 

Démarrage        Demi-année       Après un an     

Exploitation 1    82 %                   32 %

Exploitation 2    27 %                   23 %*                 27 %**

Exploitation 3    49 %                   29 %

* Lors du second parage après six mois, le jeune bétail n’a pas été pris en compte. Il y a donc 35 animaux en moins.
** Cette exploitation a acheté des animaux. La tolérance zéro n’a pas été appliquée avant l’arrivée des vaches à l’étable. De même, toutes les vaches taries et tout le jeune bétail n’ont pas été parés. A noter que la barre de pulvérisation était à l’arrêt suite à une défaillance technique.

 

«Ne pas baisser la garde en matière de santé des onglons»

Johan Hutten, producteur laitier à Overrijssel utilise depuis cette année l’approche de la santé des onglons Meteor. Pour lui, la phase de tolérance zéro est cruciale pour la réussite ultérieure de la démarche. «Le parage et le traitement des onglons sont d’une importance énorme, sans quoi Meteor n’a pas de sens. Il faut d’abord traiter toutes les vaches pour éliminer les infections. Ensuite, le pulvérisateur permet de maintenir la situation pour assurer la santé des onglons. Mortellaro est coriace et il est impossible de l’éradiquer complètement. Il faut maîtriser la maladie de Mortellaro», précise un Johan Hutten satisfait.

Source: Lely Benelux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *