Budget de la PAC: grande inquiétude des syndicats agricoles

(photo T. Wiermans)

Le 20 février dernier, les organisations agricoles (FWA, Boerenbond, ABS) manifestaient à Bruxelles pour crier leur inquiétude face à la forte baisse du budget de la PAC pour la période 2020-2027.

Cette manifestation était organisée alors que se tenait à Bruxelles un Sommet européen réunissant les 27 chefs d’Etat et de gouvernement venus discuter du budget européen, dont le financement de la PAC. La dernière version de la proposition de budget prévoit une baisse de 15 % du budget de la PAC sur la période. Notons qu’un tiers à peine de cette diminution est imputable au Brexit et donc au manque à gagner que représente la fin de la contribution britannique au budget européen.

Les inquiétudes des organisations agricoles portent évidemment sur la baisse globale de l’enveloppe de la PAC, mais également sur le transfert de moyens vers les pays de l’Europe de l’Est, sous le prétexte du principe de convergence externe, en passant sous silence le fait que les production sont sensiblement plus élevés en Belgique. Pour rappel, le principe de convergence externe est un mécanisme d’harmonisation des aides financières octroyées par hectare, qui favorise les pays de l’Europe de l’Est. Un troisième sujet de mécontentement est la nouvelle architecture verte de la PAC, qui imposera davantage de contraintes, sans qu’il y ait de moyens supplémentaires.

Selon des calculs, dont ceux du ministre fédéral de l’Agriculture, Denis Ducarme, la Belgique serait touchée de plein fouet par la baisse du budget de la PAC. «Ainsi, les aides directes aux éleveurs belges (1er pilier de la PAC) devraient baisser de 18% pour la période 2021-2027,  soit un montant de 700 millions d’euros en moins sur les 3 milliards d’euros actuels. L’aide au développement rural (2ème pilier) serait quant à elle rabotée de 15,2%, soit une diminution de 84 millions d’euros. Au total, la proposition actuellement sur la table pourrait aboutir à une diminution de près de 800 millions d’euros pour notre pays, ce qui conduirait à un financement total de 3,480 milliards d’euros», précise-t-il dans un communiqué. La proposition actuelle pourrait aboutir à un rabotage des aides de l’ordre de 1.360 euros par an pour chaque agriculteur belge et ce, uniquement pour les aides directes.

Sources: e.a. cabinet du ministre Ducarme, le 20 février 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *