La Cellule d’information Lait s’interroge sur les dangers de certaines publicités

La Cellule d’information Lait exprime son désaccord quant à la confusion des genres que véhiculent certaines publicités pour des produits laitiers.

«Certains abusent des codes marketing qui plaisent (100% agriculture locale, produits bios, 100% veggie, sans gluten, light, allégé…) au point de faire oublier la nature des produits qu’ils vendent», entame la Cellule d’information Lait dans un communiqué. C’est ainsi que le géant de la margarine et un transformateur de produits vegans ont fait leurs campagnes de promotion «Et si les plantes remplaçaient les vaches » ou encore «Le faux fromage gratiné au goût de mozzarella ». C’est pourquoi la Cellule d’information Lait met en garde contre ce type de messages.

«Le risque de désinformation du consommateur est le premier danger de ces allégations. Faire croire que le recours aux plantes est une solution unique, n’a pas de sens. Tout est dans l’équilibre alimentaire. Le risque est important: le consommateur croit qu’il va manger des produits laitiers et donc remplir un des besoins de la pyramide alimentaire. Or, si les produits imitent très bien la forme, voire le goût, ils en dissimulent facilement les faux amis dans la liste des ingrédients», poursuit la Cellule d’information Lait.

Carences alimentaires

A terme, la consommation en quantité de ce type de produits peut conduire à des carences alimentaires. Et la Cellule d’information Lait de rappeler que la consommation d’un verre de lait, d’un pot de yaourt et d’une tranche de fromage apportent plus de 70 % des apports journaliers recommandés en terme de calcium, plus de 50 % des apports utiles en phosphore et plus de 40 % des besoins en vitamine B12.

La Cellule d’Information Lait constate par ailleurs dans certaines publicités un non-respect de la législation européenne nouvellement en vigueur. Le 14 juin 2017, la Cour de Justice de l’Union européenne a interdit aux industriels d’utiliser les noms de lait, yaourt, crème, beurre et fromage pour tous les produits issus de productions non animales. Et la Cellule d’information Lait  de conclure que «l’excès nuit en tout et la diversification alimentaire est irremplaçable. Ces dangers concernent principalement les jeunes générations, exposées aux réseaux sociaux et à la communication digitale. Prudence avec les slogans et packagings attractifs.»

Info: www.celluleinfolait.be

Source: communiqué de la Cellule d’information Lait, le 19 octobre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *