Le charbon des inflorescences: une catastrophe pour l’agriculteur!

Ces dernières années, le charbon des inflorescences est devenu une véritable plaie en culture de maïs et certaines variétés y sont beaucoup plus sensibles que d’autres. Le charbon des inflorescences est causé par le champignon Sphacelotheca reiliana. Les spores de ce champignon se trouvent dans le sol et infectent les jeunes plants de maïs via les racines. En d’autres termes: cette maladie évolue en même temps que les plants de maïs. Le stress causé par le froid et une humidité élevée est un facteur de développement idéal pour ce champignon.

 

Le gros problème du charbon des inflorescences est que la maladie n’est visible que tardivement, lorsqu’elle est déjà bien développée dans la plante. C’est n’est que lorsqu’on observe une tumeur charbonneuse noire et des spores qu’il apparait clairement que les plantes sont infectées.

 

Dès que 10% des plantes sont touchées, il est conseillé d’ensiler le maïs séparément. En-dessous de ce seuil de 10%, le maïs infecté peut être ensilé avec le maïs qui n’est pas touché. Il faut cependant tenir compte du fait que le charbon des inflorescences va se traduire par la présence d’une couche noire et sale dans le silo. Le désavantage est que les spores peuvent se propager de cette façon. Les différentes études menées n’ont cependant pas encore pu déterminer si ces spores sont encore vivantes après être passées par l’appareil digestif de la vache. Dès que 25% des plantes sont touchées, il est conseillé de ne plus ensiler le maïs et de détruire la culture. Comme c’est un problème qui prend de l’ampleur, et qui entraîne des conséquences financières pour l’agriculteur, Syngenta a décidé de tester ses variétés en ce qui concerne leur sensibilité au charbon des inflorescences.

Il ressort de ce test que les variétés de Syngenta se comportent clairement mieux que d’autres variétés souvent semées. A partir de maintenant, l’agriculteur aura un aperçu plus clair des critères qu’il peut faire valoir pour un choix mûrement réfléchi des variétés.

Graphique 1
Graphique 2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *