Les fournisseurs de FrieslandCampina pris en étau

Après trois ans de garantie, les fournisseurs belges liés par un contrat à FrieslandCampina se trouvent dans l’incertitude la plus totale. La laiterie ayant opté pour la création de valeur ajoutée et non pour un accroissement de la production, les éleveurs se voient imposer une pénalisation financière ainsi que de nouvelles conditions. Par ailleurs, les producteurs laitiers liés par un contrat se voient proposer un contrat à durée indéterminée.

FrieslandCampina a choisi de privilégier la valeur ajoutée de ses produits et de limiter les volumes produits, le but étant de trouver un équilibre structurel entre le lait collecté auprès de ses fournisseurs, les capacités de transformation et la demande du marché.

Retenue de 10 centimes

Concrètement, la laiterie établira, pour une période de 2 ans, un pourcentage de croissance conforme au marché. S’y ajoute la notion de ‘croissance latente’ pour les exploitations qui projettent d’arrêter, pour celles qui n’atteignent pas le volume convenu et pour celles qui souhaitent quitter FrieslandCampina. La laiterie impose une pénalité de 10 centimes d’euro pour les dépassements de la croissance conforme au marché qui a été fixée. A partir de 2024, une partie de cette retenue de 10 centimes sera décomptée individuellement et une parie collectivement.

Pour déterminer la croissance individuelle des exploitations laitières, la laiterie a fixé pour chacune le volume comparé le plus élevé et ce sur cinq périodes de référence entre le 17 avril 2015 et le 16 avril 2018. Cette nouvelle réglementation est en vigueur depuis le 1er janvier dernier.

Contrat à durée indéterminée

Rappelons qu’en 2013, FrieslandCampina s’était délestée de 270 producteurs belges sous contrat. Après la suppression des quotas laitiers en 2015, 443 autres éleveurs avaient quitté cette laiterie. Les 421 producteurs laitiers restants s’étaient vu proposer un contrat pour une durée de 3 ans, comprenant une garantie de livraison jusque fin 2018. Malgré des négociations très dures avec l’organisation des producteurs Dairycam, qui représente 150 producteurs contractuels, FrieslandCampina a imposé à partir de 2019 un contrat à durée indéterminée, qui est résiliable en 5 mois. Qui plus est, ce nouveau contrat impose de nouvelles exigences en matière de bien-être animal et des contraintes environnementales supplémentaires. A terme, les étables entravées seront interdites. Le lait livré doit être de qualité double A et les exigences dans le domaine du pâturage ont été revues à la hausse. A ce jour, une centaine de producteurs laitiers ont jeté l’éponge et se sont mis en quête d’une autre laiterie.

Source: Melkveebedrijf, 19 décembre 2018

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :